tebbounep2

Le président Tebboune élu « personnalité 2020 » par les Palestiniens

A l’occasion de l’anniversaire de l’indépendance de la Palestine, proclamée le 15 novembre 1988 à Alger, par le défunt chef d’État Yasser Arafat, la Fondation Sayidat El Ardh (Lady of the earth Foundation) a jeté son dévolu sur le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, ainsi consacré personnalité de l’année 2020 pour avoir défendu et réitéré la position de l’Algérie sur la question palestinienne. Une juste reconnaissance  à l’Algérie et au chef de l’État qui a évoqué une cause sacrée pour les Algériens. En sus, la fondation palestinienne a procédé à la plantation d’un olivier à Al-Qods au nom du président Tebboune, comme indiqué hier par la page facebook de l’organisation, dont la publication est flanquée du portait du locataire d’El Mouradia. « La Fondation Sayidat El Ardh palestinienne a annoncé, à la veille du 32e anniversaire de la déclaration de la création de l’État de Palestine, que son conseil d’administration a confirmé à l’unanimité la sélection de l’actuel président algérien, Abdelmajid Tebboune, pour être la personnalité politique de l’année 2020. Une centaine de personnalités politiques défendant la cause palestinienne a été inscrite sur la liste des candidatures pour la treizième édition.
Dans le cadre de ses préparatifs pour la cérémonie annuelle qu’elle organise sur la terre de Palestine, le 25 décembre 2020, pour honorer les personnalités nationales qui soutiennent la cause palestinienne, et sur la base de cet honneur, un olivier sera planté sur le sol sacré d’Al-Qods au nom de Abdelmadjid Tebboune ».

Oran : la DGSN enregistre 6000 infractions au confinement sanitaire
Les policiers à Oran ont enregistré, lors d’interventions durant la période du 5 au 14 novembre courant pour veiller au respect des mesures de prévention contre la propagation du Coronavirus, environ 6 000 infractions, soit une moyenne de 600 par jour, rapporte une dépêche de l’APS qui cite la sûreté de wilaya. Au cours de la même période, ils ont relevé 1 015 infractions au confinement sanitaire par des piétons, 376 autres pour non-respect de la distanciation et 3 162 pour non-respect du port du masque de protection, ainsi que 365 infractions au confinement sanitaire par des automobilistes et 53 par des motocyclistes, a-t-on indiqué. Pour ce qui des activités commerciales, 102 infractions ont été enregistrées pour non-respect du port du masque de protection par les clients à l’intérieur des locaux, 225 autres par les commerçants, 146 pour inexistence de produits de désinfection et 62 pour non-respect du nombre de clients autorisés dans un magasin, a-t-on ajouté.
Ces opérations ont été accompagnées par des campagnes de sensibilisation des gérants de locaux commerciaux, des chauffeurs de bus, des taxieurs et des motocycles sur la nécessité du respect des mesures préventives de lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19, selon la même source.

Le héros d’Oum Dorman rassure sur son état de santé
L’ancien défenseur de l’équipe nationale de foot, Antar Yahia, dans un tweet publié hier, rassure ses fans sur son état de santé et les remercie de s’être sympathisés avec lui, après avoir été infecté par le virus Corona. « Bonjour chers amis, je vous remercie pour vos nombreux messages, el Hamdulilah je vais bien. À très vite Inshallah », a-t-il écrit.
En période de confinement depuis samedi, l’ancienne star des Fennecs a mis en garde les Algériens en particulier sur la dangérosité de la Covid-19 et la nécessité de se prémunir contre la propagation du virus. « Des gestes simples mais tellement importants dans la période que nous vivons actuellement, nous devons tous être très vigilants et responsables, courage et force au corps médical, prenez soins de nos anciens et de vos familles».

La professeure Zoubida Zaïdi est décédée des suites du coronavirus
La professeure et chercheuse en épidémiologie à la Faculté de médecine de l’Université Farhat Abbas (Sétif-1), Zoubida Zaïdi, est décédée hier des suites d’une infection par le nouveau coronavirus, ont révélé des responsables de l’université.
La chercheuse, âgée de 55 ans, a rendu l’âme à l’hôpital militaire régional universitaire « colonel Abdelâali Benbaâtouche » de la wilaya de Constantine, où elle a été admise à la suite de la dégradation de son état de santé, ont indiqué les responsables. Originaire de la wilaya de Sétif, Zoubida Zaïdi était une chercheuse de renommée internationale et dont les travaux ont fait l’objet de 22 000 citations, a-t-il précisé. La défunte sera inhumée après l’accomplissement de la prière mortuaire à la cour du Centre hospitalo-universitaire « Mohamed Abdennour Sâadna » de Sétif, où une minute de silence sera observée à sa mémoire, est-il indiqué de même source.

Voici la procédure d’agrément des laboratoires d’analyse de la qualité
Le ministère du Commerce informe les laboratoires de tests et d’analyses de la qualité, qu’ils peuvent déposer les dossiers de demande d’agrément via l’adresse électronique (dgcef.lab@commerce.gov.dz), consacrée à cet effet, soulignant la nécessité de se conformer aux conditions requises dans ce cadre, afin de protéger le consommateur, a indiqué un communiqué du ministère. « Le ministère du Commerce informe tous les laboratoires prestataires de services et autorisés en vertu du décret n14-135 d’avril 2014 définissant les conditions d’ouverture et d’exploitation des laboratoires de tests et d’analyse de la qualité qu’ils peuvent déposer les dossiers de demande d’agrément, selon leur spécialité », a précisé le communiqué publié par le ministère sur sa page Facebook. Les dossiers de demande d’agrément doivent inclure les documents stipulés dans les dispositions de l’article 5 du décret exécutif n13-302 de septembre 2013, définissant les conditions et les modalités d’agrément des laboratoires pour la protection des consommateurs.

USA : des restrictions sur la migration « illicite » annulées
Un juge fédéral américain a invalidé hier les restrictions imposées par la Maison Blanche à un programme de protection de jeunes arrivés clandestinement aux États-Unis lorsqu’ils étaient enfants. Ce programme avait été adopté sous Barack Obama en 2012 pour régulariser la situation de centaines de milliers de jeunes sans papiers, arrivés enfants aux États-Unis, connus sous le nom de « Dreamers » (« rêveurs » en français). En juillet dernier, le gouvernement américain avait annoncé qu’il n’accepterait pas de nouvelles demandes pour intégrer ce programme et qu’il ne renouvellerait le statut de ceux l’ayant déjà obtenu que pour un an, contre deux auparavant. Le juge de New York a cependant estimé que Chad Wolf, le ministre américain à la Sécurité intérieure, qui exerçait ses fonctions par intérim au moment où il a décrété ces nouvelles restrictions, « n’occupait pas légalement » son poste. Chad Wolf n’avait alors pas été confirmé dans ses fonctions par le Sénat américain. Le président Donald Trump avait décidé en 2017 de mettre un terme au programme de protection DACA. Mais la Cour suprême lui a infligé un camouflet à la mi-juin, en jugeant sa décision « arbitraire », notamment parce que le gouvernement n’avait pas suivi les règles de procédure.
Le président élu Joe Biden a promis de remettre en œuvre ce programme, au moment de sa prise de fonction le 20 janvier. Environ 700 000 personnes en bénéficient, la plupart d’entre elles étant originaires d’Amérique latine.