RASD Sahara

Le peuple sahraoui célèbre le 48e anniversaire de la lutte armée : Il affirme sa ferme détermination à en finir avec l’occupation coloniale du Maroc

Le peuple sahraoui a célébré, jeudi, le 48e anniversaire du déclenchement de la lutte armée contre l’occupation espagnole dans un contexte marqué, depuis novembre dernier, par la poursuite de la guerre de libération contre l’occupant marocain. La date du 20 mai 1973 demeure un évènement historique pour les Sahraouis qui avaient décidé, sous la houlette du Front Polisario, de prendre les armes pour se défendre contre l’occupation espagnole (1973-1975) et ensuite contre le Maroc (1975-1991). Il y a 48 ans, un groupe organisé de Sahraouis avait décidé d’attaquer le poste militaire espagnol d’El Khanga, à l’est de la ville de Smara. Cette opération annonçait alors le déclenchement de la lutte armée au Sahara occidental, suivant les résolutions adoptées dix jours plus tôt, soit le 10 mai, lors du Congrès constitutif du Front Polisario qui avait décrété dans son Texte fondateur que « c’est par le fusil que la liberté sera arrachée ». Le Maroc qui avait envahi les territoires sahraouis après le retrait des Espagnols en 1975, a été contraint, en 1991, d’accepter le plan de règlement de l’ONU, le cessez-le-feu, préalable à un référendum d’autodétermination, et surtout de reconnaître le Front Polisario comme interlocuteur. Le combat des Sahraouis a permis également la libération d’un tiers des territoires, l’édification d’institutions d’État, l’internationalisation de la cause sahraouie et la reconnaissance par au moins 80 pays, de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Au niveau de l’ONU, le Front Polisario devenu, au fil des ans, l’avant-garde, le guide et le bastion politique du peuple sahraoui, a obtenu de nombreux acquis, entre autres, la consécration du conflit du Sahara occidental en tant que question de décolonisation.

Une détermination sans faille
Malgré les circonstances liées à la pandémie de Covid-19 qui continue de sévir à travers le monde, le peuple sahraoui poursuit sa lutte sur plusieurs fronts contre les violations quotidiennes du Maroc et pour arracher son droit inaliénable à l’autodétermination en dépit des manœuvres dilatoires du régime marocain qui défie la légalité internationale. Après l’agression militaire marocaine menée le 13 novembre 2020 contre des civils sahraouis à El Guerguerat, en violation du cessez-le-feu de l’ONU, les Sahraouis, ont décidé de reprendre la légitime lutte armée. L’agression d’El Guerguerat, a marqué, en effet, un tournant décisif pour la cause sahraouie après des années de statu quo politique en l’absence d’un nouvel envoyé personnel du SG de l’ONU au Sahara occidental et l’échec de la Minurso à accomplir sa mission consistant à organiser un référendum d’autodétermination. Partant du principe que la liberté s’arrache et ne se donne pas, les Sahraouis, que ce soit dans les territoires libérés, dans les villes occupées du Sahara occidental, dans les camps de réfugiés ou au sein de la diaspora restent déterminés à poursuivre, sous la direction du Front Polisario leur lutte et à se sacrifier pour la défense de leurs droits à la liberté et à l’indépendance et à l’édification d’un État sahraoui indépendant sur l’ensemble des territoires de la RASD. Le 48e anniversaire du déclenchement de la lutte armée sahraouie est célébré cette année sur fond de victoires militaires remportées par les unités de l’Armée populaire de libération sahraouie (APLS) face aux soldats de l’occupation marocaine. Des victoires annoncées dans les communiqués du ministère sahraoui de la Défense dans le but de briser le blocus imposé à la cause sahraouie et de démentir toutes les allégations du Maroc, qui se trouve à présent dans le déni de la réalité de la guerre sur le terrain au Sahara occidental en dépit des rapports des grands médias internationaux. Le Maroc qui porte la responsabilité du retour à la guerre dans la région, persiste à tourner le dos à la paix et à faire fi de la légalité internationale en dépit des menaces qui pèsent sur la région. Il n’en demeure pas moins que la cause sahraouie a marqué un retour en force tant au niveau onusien qu’aux niveaux africain et européen.
Au niveau africain, après la réinscription de la question sahraouie à son agenda, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (CPS) a pris le 8 mars dernier une décision favorable au Sahara occidental malgré l’intense lobbying mené par Rabat.
La décision du CPS remet la question sahraouie dans son véritable contexte de décolonisation en insistant sur le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination ainsi que sur la responsabilité de l’UA. Lors du 14e sommet extraordinaire des Chefs d’État et de gouvernements pour « faire taire les armes », l’UA au sein de laquelle le Maroc s’est trouvé d’égal à égal avec la RASD, a décidé d’assumer ses responsabilités en tant que garant, avec l’ONU, du plan de règlement de 1991.
M. B.

NOMINATION DE STAFFAN MISTURA ÉMISSAIRE DE L’ONU AU SAHARA OCCIDENTAL
Le Front Polisario donne son accord
Le Front Polisario a donné son accord pour la désignation du Suédois Staffan de Mistura comme nouvel émissaire des Nations unies pour le Sahara occidental, en remplacement de l’Allemand, Horst Köhler, qui a démissionné de ce poste en 2019, a déclaré l’ambassadeur sahraoui à Alger, Abdelkader Taleb Omar. M.Taleb Omar a précisé que le Front Polisario a donné son accord le 29 avril dernier, notant que si le nom de Staffan de Mistura n’a toujours pas été annoncé officiellement par l’ONU, c’est certainement en raison de blocages que le Maroc aurait dressé face à la nomination de ce diplomate.
Ancien médiateur de l’ONU en Syrie, Staffan de Mistura a été proposé par le Secrétaire général de l’ONU pour être le cinquième émissaire de l’organisation onusienne pour ce territoire non autonome. L’ONU a déjà nommé quatre médiateurs pour tenter de régler, en vain, ce conflit vieux de quarante six ans. Il s’agit des deux américains James Baker et Christopher Ross, de l’ancien président allemand, Horst Köhler et du hollandais Peter Van Walssun. Récemment, le SG de l’ONU, par la voix de son porte-parole Stéphane Dujarric, s’est dit « déterminé » à poursuivre sa quête d’un émissaire pour le Sahara occidental, tout en reconnaissant qu’il « s’agit d’un poste compliqué pour lequel il a toujours été un peu difficile de trouver la bonne personne ». Toutefois, le Front Polisario estime que la nomination d’un nouvel envoyé personnel n’est pas « une fin en soi », signalant que le rôle de cet émissaire est de « faciliter un processus de paix vigoureux et limité dans le temps qui conduit à l’exercice libre et démocratique, par le peuple sahraoui, de son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance ». Staffan De Mistura, proposé par le SG de l’ONU pour relancer le processus de paix au Sahara occidental, à l’arrêt depuis 2019, a été nommé en 2014 envoyé spécial sur la crise en Syrie. Il a eu à assumer le rôle de facilitateur pour les pourparlers de paix en Syrie, une fonction précédemment occupée par l’Algérien Lakhdar Brahimi, qui a démissionné en mai et avant lui par Kofi Annan.
Possédant deux nationalités, italienne et suédoise, le diplomate, 74 ans, cumule quatre décennies d’expérience à l’ONU, dans les zones touchées par les conflits aussi bien que dans les agences humanitaires. L’ancien médiateur a déjà offert ses bons offices en Irak et en Afghanistan où il a servi en tant que chef des missions de l’ONU dans ces deux pays
M. B.