12.9 C
Alger
23 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉLA 24

LE MONDE DU TRAVAIL BOULEVERSÉ PAR LE COVID-19 : « Les pays en voie de développement  plus touchés », selon l’OIT

Dans une note publiée sur son site web, l’organisation internationale du travail a fait constater que la pandémie du coronavirus provoque une crise de l’emploi sans précédent, et la quasi-totalité des travailleurs et des entreprises sont touchés par des mesures de confinement.

Selon le document de synthèse sur le monde du travail et le Covid-19 publié par le Secrétaire général de l’ONU, la quasi-totalité des travailleurs dans le monde, soit 94 %, vivent dans des pays qui ont mis en place, sous une forme ou une autre, des mesures de fermeture des lieux de travail en mars 2020. L’organisation onusienne prévoit des pertes massives d’heures de travail au deuxième trimestre 2020, équivalant à 305 millions d’emplois à temps plein, tandis que 38% de la main-d’œuvre soit quelque 1,25 milliard de travailleurs, sont employés dans des secteurs à haut risque, a fait savoir la même source. La note indique que les petites et moyennes entreprises, qui sont le moteur de l’économie mondiale, souffrent énormément et que beaucoup risquent de ne pas s’en remettre. Les personnes vivant dans les pays en développement ou en situation de fragilité sont exposées aux risques les plus graves, en partie parce qu’elles sont moins résilientes. La note d’orientation a indiqué que l’impact socio-économique de la pandémie touche particulièrement les personnes qui étaient déjà en situation précaire et qui sont le moins à même d’absorber ce coup supplémentaire. Le document, qui s’inspire de données et d’analyses émanant de l’OIT, a attiré l’attention sur le fait que la plupart des personnes qui ont perdu leurs emplois et leurs moyens de subsistance ces derniers mois ne seront pas en mesure de réintégrer les marchés du travail de sitôt. Les femmes, en particulier, ont été très durement frappées. Elles sont représentées de manière disproportionnée dans les secteurs à haut risque et sont souvent les premières à perdre leur emploi et les dernières à retrouver du travail. La note prévient que les personnes en situation de handicap, déjà victimes d’exclusion en matière d’emploi, risquent aussi davantage d’être confrontées à de plus grandes difficultés pour retrouver un emploi au moment de la reprise. Le monde du travail ne peut pas et ne doit pas rester le même après cette crise. L’heure est venue de coordonner l’action mondiale, régionale et nationale pour créer des conditions de travail décentes pour tous. Les quelques deux milliards de personnes qui travaillent dans l’économie informelle, souvent sans droits au travail ni protection sociale, ont subi une baisse de revenus de 60% rien qu’au cours du premier mois de la crise. Au niveau mondial, plus de quatre personnes sur 10 qui travaillent dans les secteurs gravement touchés sont des jeunes. Ajoutée aux perturbations de l’éducation et de la formation, cette situation les expose au risque de devenir la « génération confinée » qui subira pendant longtemps les effets de cette crise.
Ania N. CH.

Related posts

Après l’annonce par la FAF de la fin de la saison 2019-2020 : La polémique loin d’être finie

courrier

PROMOTION DES DROITS DE L’ENFANT : Benabderrahmane souligne « l’intérêt majeur » du Président

courrier

SOLIDARITÉ ET DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE : Des projets algériens pour le Niger et le Mali

courrier

Violence et atteinte à la sécurité publique : Recul des indicateurs en 2016

courrier

Leur réunion d’hier n’a débouché sur aucune décision : Sidi Saïd et Sellal déstabilisent l’Intersyndicale

courrier

Augmentation de l’allocation aux personnes handicapées : La volonté bute sur la crise des finances

courrier