greve-education

ILS RÉCLAMENT LA PERMANISATION : Les enseignants contractuels renouent avec la contestation

La coordination nationale des enseignants contractuels affiliée au Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE), a observé hier une journée de grève à l’échelle nationale, ainsi que des rassemblements au niveau des directions de l’éducation de wilayas, pour réclamer leur intégration dans des postes permanents.
Après près d’une année de silence, les enseignants contractuels ont donc décidé de renouer avec la contestation et de rompre la trêve avec la tutelle afin de rappeler de leur unique revendication à savoir le recrutement direct sans condition aucune. Il a été à cet effet recouru comme première action d’avertissement, en cette nouvelle année, à une journée de débrayage nationale soutenue par des sit-in devant les différentes académies. La coordination initiatrice de ce mouvement menace d’aller vers le durcissement de ses actions, dans les jours et semaines à venir, dans le cas du maintient, du ministère de son mutisme face à la demande réclamée depuis plusieurs années. En effet, il est bon de rappeler que les enseignants contractuels n’en sont pas à leur première protestation. Le 26 décembre dernier, ils avaient tenu un rassemblement à Alger devant l’annexe du ministère de l’Éducation, afin justement de réitérer leur attachement à l’intégration dans des postes permanents sans devoir passer par les concours de recrutements externes. Le 22 décembre, une pétition a été lancée par la coordination des enseignants contractuels pour la collecte d’un maximum de signatures devant être soumises au ministère de l’Éducation pour réclamer l’intégration de cette catégorie d’enseignants. L’année dernière, des actions similaires avaient été tenues à travers le territoire national, sans qu’une suite favorable ne leur soit donnée. Ania Nch