Senhadji-Benbouzid

IL CONFIRME LE LANCEMENT D’UNE CAMPAGNE DE VACCINATION GRATUITE DÈS JANVIER PROCHAIN : Sanhadji contredit Benbouzid

Moins d’une semaine après l’annonce d’une campagne de vaccination contre la Covid-19 en Algérie dès le mois de janvier prochain, dont a fait part l’un des membres les plus en vue au sein du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie- docteur Mohamed Bekkat Berkani- directeur de la toute stratégique Agence nationale de la sécurité sanitaire, le professeur Kamel Sanhadji, vient confirmer ce rendez-vous.

Les deux déclarations sont somme toute convergentes pour qu’elles tendent à croire davantage à une disponibilité du vaccin, et donc au début de son inoculation sur les populations-cibles dès le mois prochain. Et dire qu’au niveau de l’autorité sanitaire, on a entendu un tout autre son de cloche qui, aussi paradoxal qu’il puisse l’être, renvoie la période de vaccination dans six mois, voire même au-delà. Pendant ce temps, l’Algérie reste au plus près de l’évolution des candidats-vaccins et leur placement sur le marché mondial. Pour ainsi dire, elle multiplie les contacts avec les fabricants, s’enquiert du taux d’efficacité et des prix des vaccins sur le marché suivant des critères arrêtés pour leur acquisition, mais surtout elle attend le feu vert de l’OMS, seul garant sur la sécurité sanitaire de l’antidote. Par contre, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, dans ses propos tenus mercredi dernier, était en parfaite contradiction avec les annonces faites par les deux spécialistes de la santé nationale. Pris en sandwich, pour ne pas dire se trouvant désormais dos au mur, Abderrahmane Benbouzid a désavoué, sans le nommer, Dr Bekkat Berkani, en rejetant toute déclaration à ce niveau allant dans le sens de confirmer une distribution du vaccin contre la Covid-19 à partir du mois prochain. À en croire les propos du ministre, il serait même de l’ordre de l’impossible d’avoir le vaccin dans moins de six mois. Il en veut pour preuve, quelque 200 laboratoires qui sont au stade de préparation du vaccin. Bon gré mal gré, « Certaines parties disent qu’il (vaccin) sera distribué dès janvier. Nous n’avons pas déclaré qu’il serait distribué à partir de ce mois, nous n’avons pas encore pris de mesures », dément Benbouzid en allusion aux déclarations du Dr Bekkat Berkani. Or, en tant que premier responsable de la Santé, il était plus responsable ou tout au moins sage de la part du ministre d’appeler un chat un chat. Ceci par souci de coordination dans les propos des uns et des autres à ce sujet, et dont justement la teneur doit correspondre et ne souffrir d’aucun malentendu, pour ne pas exposer l’opinion publique à des doutes quant à la crédibilité de la communication institutionnelle. Dès lors, maintenant que l’annonce du membre du Comité scientifique à ce sujet est confirmée par le professeur Sanhadji, qu’est-ce que les Algériens se diront ? Doivent-ils se fier aux propos des deux spécialistes qui affirment de la disponibilité du vaccin d’ici le mois de janvier  ou prendre  au mot le ministre de la santé ?
Farid Guellil

803 NOUVEAUX CAS, 541 GUéRISONS ET 12 DÉCÈS : Les contaminations à la Covid-19 en chute
803 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 541 guérisons et 12 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en Algérie, selon le bilan quotidien donné par Dr Djamel Fourar. Le total des cas confirmés s’élève ainsi à 86 730 dont 803 nouveaux cas, soit 1,8 cas pour 100 000 habitants lors des dernières 24 heures, celui des décès à 2 492 cas, alors que le nombre des patients guéris est passé à 56 079, a précisé Dr Fourar lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie de Covid-19. En outre, 13 wilayas ont recensé, durant les dernières 24 heures, entre 1 et 9 cas, 12 autres n’ayant enregistré aucun cas, alors que 23 autres ont enregistré plus de 10 cas. Par ailleurs, 40 patients sont actuellement en soins intensifs, a-t-il également fait savoir.
R. N.