algp4

GOUVERNEMENT : Tout est prêt pour le 6e Recensement général

Tout est fin prêt pour le 6ème recensement général de la population et de l’habitat (RGPH).

Prévu initialement en 2018 (dix ans après le dernier RGPH fait en 2008), et reporté une première fois à 2020, le 6ème RGPH sera effectué dans quelques jours, du 25 septembre au 9 octobre 2022. Cette question était au menu de la réunion hebdomadaire du gouvernement, présidée, jeudi, par le Premier ministre, Aïmène Benabderrahmane. C’est l’Office national des statistiques (ONS) qui est chargé de la réalisation du recensement. L’ONS considère cette opération comme «l’unique source d’information qui permet de disposer de données précises et désagrégées à un niveau géographique le plus fin (par wilaya, commune, agglomération, villages… etc.) et ce aussi bien sur la population et ses caractéristiques que le parc logement». Le recensement est un outil visant à faciliter la prise de décisions pour les autorités publiques dans tous les domaines, en ce sens que ses résultats fournissent toutes les informations nécessaires. Il doit fournir des informations précises et diverses sur lesquelles se baseront les autorités publiques pour procéder à l’évaluation de la politique de développement. Tous les départements ministériels sont concernés et tenus d’identifier les besoins des citoyens afin de les inscrire au sein de la politique nationale adoptée à court et long termes. Du 25 septembre au 09 octobre 2022, aura lieu la collecte des données sur le terrain. Jeudi, le gouvernement a entendu une communication, présentée par le ministre de la Numérisation et des Statistiques, portant sur les derniers préparatifs du 6ème RGPH qui constitue « la seule opération statistique structurante réalisée de manière exhaustive ».
Pour l’encadrement de cette opération, plus de 53 000 agents recenseurs et 8 000 superviseurs seront mobilisés. La population sera sensibilisée sur l’importance de cette opération stratégique. Un plan de communication a été mis en œuvre dans ce but. Le gouvernement estime que toutes les conditions nécessaires au bon déroulement du 6ème RGPH ont été réunies. Autre dossier important examiné par le gouvernement au cours de sa réunion, ce jeudi : le barrage vert, dont la relance a été décidée il y a un peu plus de deux ans en tant que priorité pour lutter contre la désertification vers le nord. Dans le cadre du suivi permanent du projet de réhabilitation et d’extension du barrage vert, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a présenté une communication consacrée à l’état d’avancement de ce projet qui revêt un caractère national et stratégique et qui s’étend sur 13 wilayas. L’attention a été portée sur ses dimensions écologique, environnementale et économique liée à ses potentialités de création de richesse et d’emploi.
Selon le communiqué du Premier ministère, à l’issue de la présentation, le Premier ministre a rappelé les orientations de Monsieur le Président de la République relatives à l’augmentation de la cadence de réalisation du programme d’action entrant dans ce cadre selon une démarche participative mobilisant tous les moyens et les compétences nationales et en s’assurant de la contribution de la société civile et des acteurs locaux. Un organe de coordination de la lutte contre la désertification et de la relance du Barrage vert a été créé il y a quelques années. Il est chargé d’assurer la coordination intersectorielle du Programme national de lutte contre la désertification et du plan d’action de relance du Barrage vert. Il élabore un rapport annuel des activités réalisées dans ce cadre.
Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a présenté, également devant le Gouvernement, ce jeudi, une communication sur la réhabilitation et le réaménagement du grand périmètre d’Abadla, wilaya de Béchar. À ce sujet, il a présenté les mesures nécessaires pour sécuriser l’approvisionnement en eau de ce périmètre en vue de couvrir tous les besoins en ressources hydriques. Il a été également question de prendre les mesures inhérentes à la préservation et à l’extension des superficies agricoles ainsi que le développement des activités industrielles.
M’hamed Rebah