9.9 C
Alger
23 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
RÉGIONS

Gares routières de Constantine : saleté et écœurement au quotidien

Tout a été dit et écrit sur ces deux gares routières qui n’offrent plus aucun service digne de ce nom, tant la saleté et l’écœurement se conjuguent au quotidien alors que les milliers de voyageurs qui transitent par ces deux gares n’ont aucune autre alternative que de prendre leur mal en patience et souhaitent quitter au plus vite ces endroits lugubres.

C’est ainsi que malgré le constat alarmant qui a été dressé à maintes reprises sur la situation lamentable de ces deux gares routières, tout indique que rien n’a été fait pour améliorer un tant soit peu ces deux stations. Durant notre visite, nous avons été abasourdis par la saleté repoussante qui vous prend à la gorge dès que vous pénétrez à l’intérieur de ces bâtisses qui servent de lieu d’attente des voyageurs. C’est une honte pour toute la ville de Constantine. Le parterre est recouvert d’une épaisse couche de crasse, les vitres sont toutes cassées, des ordures s’amoncellent partout, plusieurs coins sont transformés carrément en urinoirs publics, tout pousse à l’indignation, à la révolte, contre ce laisser-aller qui ne peut être que synonyme de manque de respect à l’égard du citoyen, de la part des responsables qui devraient normalement se charger de la gestion de cet endroit. Mais, y a-t-il vraiment une structure à laquelle se trouve confiée la gestion des lieux, du moins sur le plan de l’hygiène et de l’assainissement ?
C’est dire que la dégradation alarmante de ces lieux, par où transitent au quotidien des centaines, voire des milliers de personnes par ces temps de départs massifs en vacances, sans qu’on daigne bouger le petit doigt pour assainir ces lieux.
En plus de cela, un autre problème qui vient se greffer à la calamité environnementale, les réfugiés subsahariens, en l’occurrence, qui ont élu domicile à la gare routière Est , accentuant davantage la désolation et la dépravation des lieux et font désormais partie intégrante des lieux. Ils sont là en camping, avec des feux de bois, des habits lavés et placés à sécher au soleil sur les clôtures, et des va-et-vient qui créent toute une animation cacophonique dans cette gare à l’agonie. Reste que du côté de la municipalité on parle d’une prochaine opération de réhabilitation à coups de milliards de centimes, alors qu’on n’a pas pensé au plus urgent, à nettoyer cette gare de toute la saleté qui l’étouffe à travers des actions à mener chaque jour, selon un planning régulier. Alors peut-on avoir le minimum de la revendication des citoyens, celle de donner à ces deux gares une propreté digne d’un service public. Est-ce trop demander ?
Mâalem Abdelyakine

Related posts

Bordj Bou-Arréridj : l’irrésistible attrait de la Zlabia à la semoule d’orge d’Ouled-Braham

courrier

Ouargla : Quelque 500 logements LPL bientôt attribués

courrier

Aïd El-Adha : Plus de 80 médecins vétérinaires réquisitionnés à Khenchela

courrier

Constantine : ces lunettes venues d’ailleurs

courrier

Groupement Touat-Gaz (Adrar) : L’entrée en production avant fin 2017

courrier

5e Foire du miel à Médéa : Une opportunité pour attirer plus de consommateurs

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.