Ghali

ELLE APPUIE LA PARTICIPATION DE LA RASD À LA CONFERENCE INTERNATIONALE DE TOKYO : L’UA déjoue les manœuvres du Maroc

Le bureau permanent du secrétariat national du Front Polisario a accueilli avec satisfaction la décision « souveraine » du Conseil exécutif de l’Union africaine (UA) concernant l’implication de tous les États membres dans ses partenariats avec d’autres Etats et organisations. Il a noté que par cette décision prise depuis Lusaka, en Zambie, l’UA réaffirme «l’unité et la cohésion de l’organisation panafricaine », précise le Front Polisario.

Au cours d’une réunion du bureau permanent du secrétariat national du Front Polisario sous la présidence de Brahim Ghali, le Conseil de sécurité de l’ONU a été appelé « à prendre des mesures décisives pour mettre en œuvre la Charte et les résolutions onusiennes », notamment celles liées « à l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples colonisés, afin de permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance », rapporte l’agence de de presse sahraouie (SPS). Lors de cette rencontre, la politique d’obstruction menée par l’occupant marocain a également été dénoncée, selon la même source. Le Maroc avait échoué lamentablement, jeudi dernier, dans ses manœuvres et tentatives visant à convaincre les délégations africaines d’exclure la République sahraouie de la participation aux travaux du huitième sommet de la Conférence internationale de Tokyo. Un échec qui n’est pas le premier, puisque par le passé, depuis son adhésion à l’UA, le Maroc a tenté par les mêmes procédés et manœuvres, d’exclure en vain la RASD des rencontres bilatérales entre l’UA et ses partenaires étrangers, notamment avec l’Union européenne ou la Ligue arabe, dont des pays soutiennent le royaume dans sa colonisation du Sahara occidental. Il a été notamment question lors de cette rencontre des responsables du Front Polisario « des préparatifs de la tenue de la 7e session ordinaire du secrétariat national », prévue pour fin mois courant, lors de laquelle, il y aura « évaluation et inscription des priorités pour la prochaine phase », et ce, indique la même source « à la lumière des décisions de la 15e Conférence du Front et les conclusions de la 6e session ordinaire du secrétariat national ». Jeudi, le Maroc avait échoué lamentablement dans ses tentatives visant à convaincre les délégations africaines d’exclure la République sahraouie de la participation aux travaux du huitième sommet de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), prévus les 28 et 29 août à Tunis, le Conseil exécutif de l’Union africaine ayant approuvé, à Lusaka, une résolution à travers laquelle il appelle à la participation de tous les pays africains à ce rendez-vous. Le représentant du Maroc avait vainement tenté, lors de cette réunion, de convaincre l’ensemble des délégations africaines de la nécessité d’exclure la République arabe sahraouie démocratique, en avançant des arguments vains selon lesquels « le partenariat liant les pays africains au Japon ne s’inscrit pas dans le cadre de l’UA ».Une tentative vouée à l’échec, en ce sens qu’aucun Etat, même ceux alliés au Makhzen, n’a soutenu la position marocaine. Bien au contraire, de nombreux ministres africains participants ont relevé la nécessité de demander au partenaire japonais d’adresser une invitation à tous les pays africains, y compris à la République sahraouie. Au terme de la séance, une mouture de la résolution rédigée par la présidente du Conseil, la ministre des Affaires étrangères du Sénégal, a inclus ce point et chargé la Commission de l’UA, avec à sa tête le président Moussa Faki, de tenir le Japon informé de la position africaine commune sur cette question. À noter que le sommet de la TICAD est l’un des plus éminents fora internationaux en matière de coopération au développement entre les pays africaines, le Japon et les instances internationales.
R. I.