Cantines

ÉDUCATION NATIONALE : La crise de l’eau prive les élèves de cantines scolaires

La crise de l’eau qui touche les foyers algériens a eu également son impact au niveau des établissements scolaires des différentes wilayas du pays. Deux semaines après la rentrée des classes, nombreuses sont les écoles qui n’arrivent toujours pas à assurer la restauration scolaire, en plus de ne pas pouvoir appliquer efficacement le protocole sanitaire contre le covid-19. En effet, beaucoup d’élèves des trois paliers notamment du niveau primaire sont privés de repas chauds et complets en raison du manque d’eau qui touche depuis plusieurs mois le pays y compris les grandes villes dont la capitale. Un problème qui a été pourtant posé avant même la rentrée par des associations de parents d’élèves et des syndicats, sans que des mesures ne soient prises pour qu’il soit régler. En effet, le secrétaire général des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF) Boualem Amoura, avait mis en garde contre les conséquences de cette crise de l’eau sur la bonne prise en charge des élèves et l’application du protocole sanitaire contre le covid19. «Il y a des régions où l’eau est coupée durant des dizaines de jours. Comment voulez-vous que l’on applique les mesures de protection contre le Covid s’il n y a pas d’eau ? S’est-il interrogé à la veille de la rentrée scolaire, avant de souligner que ce ne sont pas tous les établissements qui sont dotés de réservoirs ou de grandes citernes. Toujours en ce qui concerne le manque d’eau, Amoura avait signalé que cela posera également problèmes pour le bon fonctionnement des cantines scolaires, qui ne pourront être opérationnelles sans cette ressource. De son côté, la présidente de la Fédération nationale des parents d’élèves, Djamila Khiar, avait déclaré que les collectivités locales, qui sont également chargées de la gestion de ce dossier, ont failli à leur mission. Elle avait appelé, à cet effet, à la mise en place d’une commission mixte composée de représentants de parents d’élèves, d’inspecteurs, et d’enseignants afin de suivre l’opération et assurer la préparation de repas chauds aux élèves. À rappeler que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait lors de la dernière réunion du gouvernement avec les walis, fait état de pas moins de 817 écoles qui ne sont pas dotées de cantines scolaires. Tebboune avait, à cette occasion, lancé un avertissement aux walis qui sont directement concernés par ce dossier de régler le problème dans un délai qui ne danserait pas une semaine. Faut dire que plus de deux semaines se sont écoulées depuis cette réunion, alors que sur le terrain le constat est pratiquement le même, puisque les instructions de Tebboune peinent à être appliquées rigoureusement sur le terrain.
Ania Nch