Lavrov

Crise ukrainienne : Moscou veut le dialogue, «pas la guerre»

Le chef de la diplomatie russe a affirmé vendredi vouloir la diplomatie et « pas la guerre », après l’appel américain à « revenir à la table des négociations » et à ne pas envahir l’Ukraine.

«Nous avons choisi la voie de la diplomatie depuis de nombreuses décennies », a déclaré Sergueï Lavrov dans une interview diffusée sur plusieurs radios et télés russes, « il faut travailler avec tout le monde, c’est notre principe ». « Si cela tient à la Russie, il n’y aura pas de guerre. Nous ne voulons pas de guerres. Mais nous ne permettrons pas non plus que nos intérêts soient grossièrement bafoués, ignorés », a-t-il ajouté. La Russie réclame la fin de la politique d’élargissement de l’Alliance atlantique, notamment à l’Ukraine, et un retour des déploiements militaires occidentaux aux frontières de 1997. Les Etats-Unis et l’Otan ont, sans surprise, formellement rejeté mercredi ces demandes clés de Moscou, tout en ouvrant à nouveau la porte à des négociations sur des limites réciproques au déploiement des missiles de courte et moyenne portée des deux puissances nucléaires rivales en Europe ainsi qu’aux exercices militaires aux abords du camp adverse. La Russie s’est montrée réservée, et a dit préparer une réaction alors que les Etats-Unis l’appelait à « revenir à la table des négociations » malgré cette première réaction. Vendredi, M. Lavrov a indiqué avoir trouvé « des graines de rationalité » dans la réponse occidentale, « sur des sujets d’importance secondaire ». Vladimir Poutine et Emmanuel Macron, doivent s’entretenir vendredi, le président français souhaitant proposer à son homologue russe un « chemin de désescalade ».