Nouveau record de plus de 400.000 cas en 24 heures aux Etats-Unis

Covid-19 : Nouveau record de plus de 400 000 cas en 24 heures aux États-Unis

Les États-Unis ont signalé plus de 400 000 nouveaux cas de Covid-19 en une seule journée vendredi, établissant ainsi à nouveau un triste record mondial alors que le pays se prépare à la distribution du deuxième vaccin Covid-19 dans chaque État.

Au total, 403 359 nouveaux cas et 2 756 décès ont été enregistrés vendredi dans l’ensemble du pays, selon les données mises à jour samedi par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Les nouvelles données ont porté l’augmentation moyenne quotidienne des cas sur sept jours à un niveau record de 238 923, et plus de 2 500 décès. Actuellement,
114 751 patients atteints de COVID-19 sont hospitalisés, selon les dernières données du Projet de suivi du COVID, le chiffre le plus élevé depuis le début de l’épidémie aux Etats-Unis. « (A peine) dix-sept jours passés en décembre, ce mois est déjà le deuxième plus meurtrier de la pandémie », a tweeté le projet vendredi. Plus de 42 500 décès liés au Covid-19 ont été signalés dans l’ensemble du pays depuis le début du mois de décembre, a-t-il ajouté. Selon les prévisions de l’Institut de métrologie et d’évaluation de la santé de l’université de Washington, le nombre de décès quotidiens à l’échelle nationale continuera d’augmenter pour atteindre un pic de plus de 3 750 à la mi-janvier. Il prévoit 562 000 décès cumulés au 1er avril de l’année prochaine, ce qui représente 262 000 décès supplémentaires du 14 décembre au 1er avril. La montée en flèche des cas, des décès et des hospitalisations est survenue à un moment où le vaccin était en train d’être déployé en masse dans le pays. L’Administration américaine des denrées et des médicaments (FDA) a autorisé vendredi le vaccin du fabricant américain Moderna pour une utilisation d’urgence aux États-Unis. Il s’agit du deuxième vaccin contre le Covid-19 à avoir reçu une telle autorisation d’urgence de la FDA, après celui développé par le fabricant américain Pfizer en partenariat avec la société allemande BioNTech. Un groupe consultatif indépendant des CDC sur les vaccins a voté samedi pour recommander le vaccin de Moderna aux personnes de 18 ans et plus. Les paquets contenant le vaccin de Moderna ont été conditionnés samedi pour être livrés dans deux jours, a déclaré Gustave Perna, en charge de l’opération Warp Speed, un partenariat public-privé initié par le président Donald Trump pour faciliter et accélérer le développement, la fabrication ainsi que la distribution de vaccins, thérapeutiques et diagnostics contre le Covid-19. Les États-Unis ont enregistré près de 17,6 millions de cas avec plus de 315 300 décès jusqu’à samedi après-midi, selon le décompte en temps réel effectué par l’Université Johns Hopkins.

Australie : Nouvelles restrictions à Sydney
L’Australie a introduit de nouvelles restrictions dimanche à Sydney pour tenter de juguler la récente apparition de nouveaux cas de coronavirus dans la plus grande ville du pays. Depuis l’apparition d’un nouveau foyer épidémique jeudi, 68 nouvelles contaminations ont été enregistrées dont 30 dimanche, suscitant l’inquiétude des autorités sanitaires. Samedi, les habitants de plusieurs quartiers situés le long du littoral au nord de la ville, ont reçu l’ordre de demeurer chez eux et de ne sortir qu’en cas de besoin jusqu’à mercredi minuit. Les plages, bars et hôtels de cette zone ont été fermés alors que les quelque 5 millions d’habitants que compte Sydney ont été invités à rester chez eux autant que possible dans les jours à venir. L’État de Nouvelle-Galles du Sud, où se situe Sydney, a décrété dimanche l’interdiction de chanter et danser dans les lieux clos sauf à l’occasion de mariages en petit comité et lors d’offices religieux. « C’est le moment de l’année où on aime tous chanter mais en ce moment, danser et chanter est probablement l’une des choses les plus dangereuses que vous puissiez faire », a mis en garde le ministre de la Santé de cet État, Brad Hazzard. Les restaurants, les bars et les cafés du reste de Sydney ne pourront pas accueillir plus de 300 clients, tandis que le nombre de personnes pouvant se rendre chez des tiers est également limité. Le port du masque, non obligatoire, est vivement recommandé. Les autorités doivent réexaminer ces mesures mercredi dans l’espoir que certaines puissent être levées avant le jour de Noël. Cette résurgence du nombre de cas bouleverse les projets de nombreuses personnes qui espéraient fêter Noël en famille après des mois de séparation. De nombreux habitants ont été contraints d’annuler leur voyage après l’annonce de la fermeture de certaines frontières intérieures. Dimanche, les Etats de Victoria et d’Australie Méridionale ont été les derniers à décréter que les habitants de Sydney seront soumis à une quarantaine obligatoire dans un hôtel durant 14 jours à leur entrée sur le territoire. L’Australie a dans son ensemble plutôt bien réussi à contenir la pandémie, imposant des mesures de restriction très sévères et d’envergure dès l’apparition de foyers épidémiques. Depuis le début de l’apparition du virus sur son territoire, elle a enregistré un peu plus de 28 100 cas et 908 décès pour une population de 25 millions d’habitants.

Les Pays-Bas suspendent les vols en provenance du Royaume-Uni
De son côté, le gouvernement néerlandais a suspendu dimanche tous les vols de passagers en provenance du Royaume-Uni après la découverte aux Pays-Bas d’un cas de contamination par une variante du coronavirus circulant dans une partie du territoire britannique. Cette suspension des vols prend effet dimanche à 06h00 heure locale (05h00 GMT) et sera en vigueur jusqu’au 1er janvier. Elle intervient quelques heures après l’annonce par le gouvernement britannique du reconfinement de Londres et du sud-est de l’Angleterre pour tenter de juguler une envolée des contaminations attribuée à une nouvelle souche du virus. « Une mutation infectieuse du virus du Covid-19 est en circulation au Royaume-Uni. On dit qu’elle se diffuse plus facilement et plus vite et qu’elle est plus difficile à détecter », a déclaré le ministère néerlandais de la Santé dans un communiqué. Le RIVM, l’organisme néerlandais responsable de la santé publique, « recommande que toute introduction de cette variante du virus venant du Royaume-Uni soit limitée autant que possible en limitant et/ou en contrôlant les mouvements de passagers en provenance du Royaume-Uni », indique le communiqué. Le cabinet du Premier ministre néerlandais Mark Rutte a pris la « décision préventive » d’interdire les vols en provenance du Royaume-Uni, déclare le communiqué, qui ajoute que la question des autres modes de transport est toujours à l’étude. Les Pays-Bas s’imposent actuellement un confinement de cinq semaines jusqu’à la mi-janvier, les écoles et les commerces non essentiels étant fermés, afin de freiner un rebond du virus. Selon le ministère de la Santé, « l’étude d’un cas aux Pays-Bas au début de décembre a révélé un virus correspondant à la variante décrite au Royaume-Uni ». Les experts néerlandais s’efforcent d’établir si d’autres contaminations sont liées à ce cas. Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a déclaré samedi que selon les premières données, le virus qui circule à Londres et dans le sud-est de l’Angleterre est jusqu’à 70 pour cent plus contagieux que la précédente souche.