Tebboune

CONCERTATION ET DIALOGUE POLITIQUE : Les chefs du PLJ et de Sawt Echaâb chez le Président

Depuis le lancement de l’initiative dite « rassemblement » par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le palais d’El-Mouradia ne désemplit pas et les chefs des partis politiques, de la société civile et des personnalités nationales continuent à y affluer.

Le 9 mai dernier aura été le déclic à l’entame des termes du projet rassembleur du chef de l’État qui, à partir d’une initiative écrite rendue publique sur canal officiel une semaine plus tôt, enclenche un dialogue politique dont le mot d’ordre tourne autour du renforcement du front interne comme bouclier devant faire face à la campagne hostile et les menaces venant de l’extérieur. Depuis lors, le président Tebboune a reçu une bonne dizaine de chefs de formations politiques auxquels sont venus, hier, allonger la liste deux responsables politiques. En effet, selon la présidence de la République qui a rendu public deux communiqués distincts, le président Abdelmadjid Tebboune a reçu le chef du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), Kamel Benziadi. Ce dernier, faut-il le souligner n’est autre que le successeur du fondateur de ce parti, à savoir le défunt Belaïd Mohand-Saïd, disparu le 31 mai dernier après avoir lutté contre une longue maladie. Auparavant, le chef de l’État a reçu au palais d’El Mouradia, le président du parti Sawt Echaab, Lamine Osmani. À noter que les deux audiences se sont déroulées en présence du directeur de cabinet à la Présidence, Abdelaziz Khellaf. Tout comme la pléiade des responsables issus du monde politique, économique et social, avec lesquels le locataire d’El-Mouradia a eu à discuter des défis multiples que doit affronter l’Algérie, les deux derniers conviés du Président, ont estimé, au sortir de l’audience, qu’ils ont adhéré à la démarche consistant en une main tendue à tous les Algériens, sauf ceux qui ont franchi les lignes rouges, pour pouvoir, édifier, ensemble, l’Algérie nouvelle.
F. G.