13.9 C
Alger
3 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
RÉGIONS

Boumerdès : des insuffisances dans la gestion de l’eau

« L’eau et le développement durable » tel est le slogan de la célébration de la Journée mondiale de l’eau pour cette année, qui coïncide avec le 22 mars, et qui est également célébrée à Boumerdès à l’instar des autres wilayas du pays. En dépit des capacités importantes en eau potable dans la wilaya, des insuffisances sont enregistrées notamment en matière de gestion où il est relevé un taux de déperdition estimé à plus de 46 %. A cela s’ajoutent la vétusté du réseau et le phénomène du piratage dans certaines localités. La wilaya de Boumerdès produit une quantité de 213 446 m3 par jour, dont 115 .000 m3 partent dans la nature. La production est constituée des eaux souterraines estimées à 46 182 m3, des eaux en haute surface à 131.00M3 et l’eau dessalée à 35.000m3. Les conduites s’étalent sur plus de 1 367 kilomètres pour desservir plus de 827.000 habitants à travers les 32 communes que compte la wilaya, où plus de133.000 clients sont gérés par l’ADE, a indiqué un responsable qui a ajouté que les créances de l’entreprise s’élèvent à plus 148 milliards de centimes, dont 18 milliards de centimes appartiennent aux communes . En matière d’alimentation en eau potable, il a été recensé plus de 78 000 habitants qui n’ont pas encore bénéficié de ce précieux liquide, notamment dans les zones rurales et montagneuses de la wilaya. Ces derniers seront alimentés par l’unité de dessalement de Cap Djinet dont le projet est en cours de réalisation, a précisé le même responsable. Pas moins de 246 réservoirs, et 115 forages y sont implantés. Dans le domaine de l’assainissement, la wilaya dispose de 04 stations d’épuration des eaux usées, dont 03 sont opérationnelles. La plus importante reste la STEP de Boumerdès qui produit 5,3 millions de M3 d’eau épurée, soit un taux de 6,88%, destinés à l’irrigation, alors que les autres, à savoir les stations de Zemmouri et Thénia, ne produisent que moins de 1%. Le projet de réalisation de la station de Boudouaou inscrit en 2012 est toujours au stade d’études où une rallonge financière est nécessaire car celle attribuée initialement, soit 200 milliards de centimes, est jugée insuffisante. L’éradication des fosses septiques entamée il ya 9 ans a permis l’élimination de plus de 9 652 cas et il ne reste que 9 906 fosses pour venir à bout de cet état de fait éparpillé en particuliers dans des zones enclavées représentant 176 villages et douars de la wilaya. Les 15 stations de relevage des eaux usées ne protège que 35 kilomètres du littoral sur les 90 kilomètres que compte la cote de la wilaya, ce qui demeure insuffisant a-t-on relevé. Cette occasion est saisie par les responsables pour rappeler une fois de plus l’importance de cette ressource pour le développement socioéconomique du pays et surtout la nécessité d’améliorer sa gestion pour la préserver.
B. Khider

Related posts

Bouira : Un afflux record de visiteurs à Tikjda

courrier

Bouira : les figues de Barbarie ont la cote

courrier

Prise en charge des enfants autistes et déficients mentaux à Tébessa : Vers la création d’un premier centre agréé

courrier

Emancipation des sports à Chlef : du gazon synthétique pour les stades

courrier

Tizi-Ouzou : Nécessité d’impliquer l’université dans la sécurité routière

courrier

Salon international de la pêche et de l’aquaculture d’Oran : Signature de plusieurs conventions de partenariat

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.