Mali

ATTAQUE TERRORISTE SANGLANTE AU MALI : Mort de 53 soldats et d’un civil

L’armée malienne a été la cible d’une attaque terroriste meurtrière, vendredi dernier. L’opération terroriste barbare a causé la mort de 53 soldats et un civil, a annoncé le ministre malien de la Communication, Yaya Sangaré, indiquant que l’attaque a ciblé un camp militaire à Indelimane, près de la frontière avec le Niger.

Le ministre malien a indiqué que suite à l’attaque terroriste contre la position des forces armées maliennes (FAM) à Indelimane, des renforts ont été dépêchés sur place et ont retrouvé les 54 victimes, des soldats et un civil. Le responsable malien, Yaya Sangaré a fait ces annonces, sur son compte Twitter, dans lequel il a fait état également de «dix rescapés et de dégâts matériels importants» à Indelimane, dans la localité d’Ansongo, dans le secteur de Ménaka, au Nord-est. Avec l’attaque de vendredi, l’armée malienne vient de subir une de ses plus lourdes pertes depuis plusieurs années, font remarquer les médias locaux, en rappelant les quarante soldats tués dans deux assauts terroristes, le 30 septembre dernier, à Boulkessy et le 1er octobre passé, à Mondoro, localités situé dans le sud du pays, près du Burkina Faso, selon le bilan annoncé, par un responsable du ministère malien de la Défense.
Au Mali, le premier pays sahélien à avoir subi la présence et l’activité de terroristes, notamment après l’installation du chaos en Libye, aucune région n’est épargnée par les groupes terroristes armés, dans cette partie du continent, qui a connu depuis 2012, une présence militaire étrangère, dont française, pour mener une lutte contre le terrorisme, lequel continue à frapper et faire des victimes, parmi les maliens et les soldats du pays en plus de la fuite et déplacement de personnes . S’il est difficile, à ce jour notamment pour l’institution onusienne d’établir un chiffre exact sur le nombre total de personnes assassinées depuis 2012, par la barbarie terroriste, l’ONU fait état, de près de 200 000 personnes qui ont été obligées de se déplacer.
Karima B.

L’Algérie condamne « fermement » l’attaque terroriste 

LAlgérie a condamné « fermement » l’attaque terroriste meurtrière ayant ciblé, vendredi, les forces armées maliennes dans la localité d’Ansongo (nord-est du Mali), a indiqué hier le  porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali-Cherif, repris par l’APS. « L’Algérie condamne fermement l’attaque terroriste meurtrière perpétrée le vendredi 1er novembre 2019, à Indelimane, dans la localité d’Ansongo,  ayant ciblé les forces armées maliennes », a souligné M. Benali-Cherif dans  une déclaration à l’APS. L’Algérie qui « demeure convaincue que le gouvernement et le peuple maliens  sauront faire face avec détermination à la menace terroriste jusqu’à son  éradication et aux défis de l’heure en vue d’un retour définitif de la  stabilité au Mali frère », exprime « sa solidarité avec le gouvernement et le  peuple maliens et présente ses sincères condoléances aux familles des  victimes », a-t-il ajouté. L’attaque terroriste contre l’armée malienne a fait 53 morts parmi les  militaires, ainsi qu’un civil.

R. N.