Boukadoum

APRÈS SON PÉRIPLE DIPLOMATIQUE EN AFRIQUE DU SUD, AU LESOTHO ET EN ANGOLA : Boukadoum reçu par le Président du Kenya

Après l’Afrique du Sud et le Lesotho, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a effectué une visite de travail de deux jours, depuis mercredi, en Angola. Le chef de la diplomatie algérienne, suivant la nouvelle feuille de route diplomatique tracée par le président Tebboune, vient de relancer une vaste opération de redéploiement de l’Algérie sur l’Afrique.

Dans les valises de Boukadoum, les dossiers régionaux, dont la situation au Sahara occidental constitue une priorité, la Libye et le Sahel, ainsi que les relations bilatérales. En effet, pour la journée de jeudi, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, cette visite répondait à l’invitation de son homologue Téte António, ministre des Relations extérieures de l’Angola, indiquant que le Chef de la diplomatie algérienne a été reçu en audience par le président de la République, Joao Laurenço. « Cette audience a été précédée d’une réunion de travail entre les deux Chefs de diplomatie, qui a porté notamment sur l’évaluation de l’état de la coopération bilatérale et les perspectives de son développement. À cet égard, les deux ministres ont convenu de tenir la 5ème session de la Commission bilatérale de coopération dès que la situation sanitaire induite par la pandémie de la Covid-19 le permettra» a fait savoir, par ailleurs, la même source. Le document du MAE souligne également que la réunion «a donné lieu à un échange approfondi sur les questions politiques et de paix et de sécurité en Afrique, particulièrement les situations prévalant respectivement en Libye, Mali, Sahara occidental, régions du Sahel et de l’Afrique Centrale, République Centrafricaine et République Démocratique du Congo» notant que les deux parties se sont réjouies «de la convergence des vues et positions sur l’ensemble des dossiers abordés et se sont entendus pour renforcer la dynamique des consultations en prévision des prochaines échéances à l’échelle continentale et internationale».
Pour rappel, entre l’Algérie et l’Angola ont des relations historiques, héritées de l’histoire des deux pays dans leur lutte contre le colonialisme et leurs rôles respectifs durant des décennies pour l’émancipation et le développement de notre continent. Et la pérégrination africaine de Boukadoum ne s’arrête pas en si bon chemin, puisqu’il était attendu, hier, au Kenya, pour discuter avec son homologue kenyan et probablement avec le chef de l’État de ce pays de l’Est du continent.
Sarah O.