tribunalp5

AFFAIRE DU GROUPE METIDJI : Sellal, Metidji et Reguieg condamnés, Zoukh et Zaâlane acquittés

L’affaire du groupe Metidji ayant fait couler beaucoup d’encre a fait connaître son verdict hier comme prononcé par le pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M’hamed, à Alger.

Ainsi, l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, encore lui, a été condamné à 5 ans de prison ferme, l’ancien chef de Protocole à la Présidence de la République, Mokhtar Reguieg, écope de 6 ans de prison ferme, alors que l’ancien P-dg du groupe Metidji, Mansour Metidji, a été condamné, lui, à 8 ans de prison ferme. Dans le cadre de la même affaire, la même instance judiciaire a prononcé également une peine de 3 ans de prison ferme à l’encontre de l’ancien directeur de Cabinet du Premier ministère, Mustapha Abdelkrim Rahiel. En revanche, cités dans cette affaire, l’ancien wali de la capitale, Abdelkader Zoukh, condamné et poursuivi dans d’autres dossiers liés à la corruption, et l’ancien ministre des Transports et des Travaux publics, Abdelghani Zaâlane, ainsi que l’ancien chef de cabinet du Premier ministère, Amrani Hafnaoui, ont tous été acquittés. Il convient de rappeler que le parquet du tribunal de Sidi M’hamed avait requis une peine de 10 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars, avec privation du droit de présenter leur candidature pendant 5 ans, contre Abdelmalek Sellal et Mokhtar Reguieg. Ces deux prévenus, en compagnie de plusieurs autres accusés, sont poursuivis pour corruption dans l’affaire du groupe Metidji.
Aussi, le parquet a fixé une peine de 10 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8 millions de DA contre le P-dg du groupe Metidji, Mansour Metidji et son fils Hamza. En sus, une peine de 5 ans de prison ferme et une amende d’un million de DA ont été requises contre Mustapha Abdelkrim Rahiel, Amrani Hafnaoui, Abdelkader Zoukh et Abdelghani Zaâlane.
À rappeler enfin que tout ce monde des accusés est poursuivi pour octroi d’indus avantages, financement occulte de la campagne électorale, abus de fonctions et dilapidation de deniers publics.
F. B.

À CAUSE DE LA GRÈVE DES AVOCATS
Le procès de Chakib Khelil reporté au 31 janvier
Le procès de l’ancien ministre de l’Énergie, Chakib Khelil, de l’ancien P-dg du groupe Sonatrach, Mohamed Meziane et de son adjoint, Abdelhafidh Feghouli, prévu hier au pôle pénal économique et financier près le tribunal de Sidi M’hamed (Alger), a été reporté au 31 janvier courant. Rappelant que les accusés sont poursuivis pour des chefs d’inculpation en lien avec la corruption dans le dossier de réalisation du complexe de gaz naturel d’Arzew (Oran), pour octroi de privilèges injustifiés, abus de fonction et conclusion de marchés en violation de la législation et des lois, conformément à la Loi n 06-01 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption. D’anciens cadres du Groupe Sonatrach et plusieurs entreprises étrangères activant dans le secteur de l’Énergie sont poursuivis dans cette affaire. Le Trésor public et le Groupe Sonatrach se sont constitués parties civiles.

Pareil pour le procès de Tayeb Louh et Kouninef
Prévue également hier, le procès de l’ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh, et de l’homme d’affaires, Kouninef ainsi que d’autres accusés, a été reporté sur décision du pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M’hamed, à Alger, a reporté, au 7 février prochain. Il convient de rappeler que ces accusés sont poursuivis pour abus de fonction et entrave au bon fonctionnement de la Justice.
Sarah O.