routep4

TRONÇON DE L’AUTOROUTE EST-OUEST À BOUIRA : Un coupe-gorge pour les usagers

Depuis son ouverture officielle en 2008 le tronçon de l’autoroute Est-Ouest, traversant la wilaya de Bouira sur une distance de 101 kilomètres entre les communes d’El-Adjiba à l’est et Lakhdaria à l’ouest de la wilaya, est devenu un véritable danger public qui guette  la vie de milliers d’usagers qui l’empruntent quotidiennement. 12 ans après sa mise en service des traveaux sont encore inachevés, des glissements de terrain sont fréquents, des crevasses et des nids de poules prennent forme dans plusieurs endroits le long de ce tronçon et   un degré plus sur le partie située entre la commune d’El-Adjiba et sa voisine Bouira, sur une distance d’environ 30 kilomètres réalisée par une entreprise Italienne, Todini en l’occurrence. Le moins que l’on puisse dire par ici est que les travaux ont été tout bonnement  bâclés. Les multiples et incessantes  opérations de mise à niveau engagées sur ce tronçon du « projet du siècle » depuis sa mise en service,  et qui ont coûté des  enveloppes financières faramineuses au Trésor public n’arrivent pas à … régler le problème. À titre d’exemple, en 2015 cette section a bénéficié d’une opération de mise à niveau sur une distance de 26 kilomètres et ayant coûté une bagatelle somme de un milliard de dinars. Seulement une année plus tard, les mêmes anomalies ont réapparu et la chaussée est devenue impraticable par endroits. Selon des spécialistes  en travaux publics, sans une étude approfondie il est presque impossible  de déterminer  les causes exactes de la détérioration de cette partie de l’autoroute. « L’infiltration des eaux, car la chaussée traverse un plateau de terres agricoles irriguées, est sans doute l’une des raisons principales des récurrentes dégradations de la chaussée » explique un ingénieur des travaux publics. Même topo pour la partie de ce tronçon de l’autoroute joignant les deux villes de Bouira et Lakhdaria sur une distance de 33 kilomètres. Ici aussi l’état de la chaussée se dégrade de plus en plus. Ce tronçon réalisé par l’entreprise nationale Cosider a connu plusieurs opérations  de réfection depuis son inauguration car des anomalies n’ont pas tardé à apparaître. Des nids de poules des crevasses sont apparues sur la chaussée, rendant ainsi le tronçon dangereux à la circulation et un degré plus sur le tronçon traversant la commune de Djebahia à une dizaine de kilomètres au nord de la wilaya. Ici il ne passe pas un jour sans qu’un grave accident  de la circulation ne soit signalé. Le dernier en date remonte à la matinée d’hier, lorsqu’un carambolage est survenu entre deux camions de gros tonnage et un véhicule touristique. Le choc s’est soldé par des graves blessures à quatre personnes et des dégâts matériels importants, selon un communiqué de la direction de la Protection civile de Bouira.  En attendant sa prise en charge d’une manière professionnelle, le tronçon de l’autoroute traversant la wilaya sur une distance de 101 kilomètres continue d’endeuiller des familles à cause des nombreux accidents de la circulation qu’il enregistre quotidiennement d’une part et d’engloutir  des enveloppes financières faramineuses dans les « opérations de replâtrage » qui s’effectuent régulièrement sans que les anomalies ne soient réglées. 
Omar Soualah