Tribunal

Tribunal criminel d’Ouargla : réclusion à perpétuité pour un narcotrafiquant

Une sentence de réclusion à perpétuité a été prononcée mardi par le tribunal criminel d’appel d’Ouargla dans une affaire de trafic de stupéfiants. Le dénommé M-L.A (35 ans) a été condamné à la prison à vie, tandis que Y.H (36 ans) s’est vu infliger une peine de 20 ans de prison ferme assortie d’une amende de cinq (5) millions DA, pour chargement et transport illicites et contrebande de produit stupéfiants à un degré de gravité menaçant la santé publique, et ce dans le cadre d’une bande criminelle organisée. L’individu répondant aux initiales de M.B (56 ans) a quant à lui été acquitté dans cette affaire qui remonte, selon l’arrêt de renvoi, au mois de janvier 2017, suite à l’interception d’un camion conduit par Y.H par les services sécuritaires dans un barrage de contrôle routier dressé à Ouled-Djellal. La fouille du camion a donné lieu à la découverte de 7,68 quintaux de résine de cannabis, soigneusement dissimulés dans une cache aménagée.
La marchandise prohibée était acheminée de Batna pour être remise à M.B, sur instigation de M-L.A en contrepartie d’une somme de 50 000 DA, selon les aveux du conducteur du camion.
Le représentant du ministère public avait requis la peine à perpétuité pour l’ensemble des mis en cause, au regard de la gravité des faits leur étant reprochés.

Iran : Téhéran connaît sa pire sécheresse en 50 ans
Téhéran connaît la pire sécheresse depuis un demi-siècle à cause d’une chute de 97% des précipitations, a affirmé mardi un haut responsable de la compagnie régionale des eaux. Les précipitations dans la capitale iranienne ont atteint 0,4 mm depuis le 23 septembre, contre 14,3 mm durant la même période l’an dernier, a affirmé le directeur adjoint pour l’eau et l’hydroélectricité, Mohammad Shariari, cité par l’agence de presse Isna. « Les eaux souterraines et en surface sont dans un état critique et il n’y a pas eu de sécheresse comparable depuis ces 50 dernières années », a-t-il dit. Les cinq barrages qui alimentent en eau la capitale retiennent aujourd’hui moins du tiers de leur capacité, soit 477 millions m3 au lieu de 2 milliards. L’an passé, le volume en eau retenu était de 729 millions m3. De surcroît, la consommation en eau par les secteurs de l’agriculture et des industries a augmenté respectivement de 14% et de 8% fin septembre, comparativement à l’an dernier. Parallèlement, la production hydroélectrique a baissé de 40% pour atteindre 250 000 mégawatt par heure ces six derniers mois, selon M. Shariari. La province de Téhéran compte 13,5 millions d’habitants – soit 16,5% de la population totale du pays – disséminés sur un territoire ne dépassant pas 1,1% de la surface de l’Iran.

Saisie de plus de 45 kg de kif traité en trois mois à Tlemcen
Les services de police de la wilaya de Tlemcen ont saisi 45,14 kg de kif traité durant le troisième trimestre 2021, a-t-on appris, mardi, auprès de la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Le service de la police judiciaire a traité de juillet à septembre 2021 pas moins de 137 affaires liées au trafic de drogue ayant permis la saisie de 45,14 kg de kif traité,10.736 comprimés psychotropes et six (6) grammes de cocaïne. Selon la même source, 206 individus sont impliqués dans ces affaires, ajoutant que les services de la sûreté de wilaya ont recouru à des techniques sophistiquées en matière de recherche et d’investigation outre les analyses laborantines précises. Par ailleurs, durant le 3e trimestre 2021, il a été procédé à la saisie de 14 869 unités de boissons alcoolisées, 61.000 sachets de tabac à chiquer de fabrication contrefaite et 64 unités de produits de chicha, a-t-on ajouté de même source.

Maradona : le traitement médical «était très mauvais, c’est pour ça qu’il est mort»
L’ancien avocat de Diego Maradona a affirmé que le traitement médical dispensé à son client « était très mauvais, c’est pour ça qu’il est mort », lundi à l’issue de son témoignage dans l’enquête sur le décès de l’ex-star du football argentin. « Les erreurs commises ont été nombreuses parce que Diego est mort, il a gonflé et gonflé le pauvre jusqu’à ce que son coeur explose », a déclaré Matias Morla à la presse après son témoignage de plus de trois heures dans le bureau du procureur à San Isidro, dans la banlieue nord de Buenos Aires, qui enquête sur les circonstances de la mort de l’ancien footballeur. Le traitement médical que Maradona a reçu « était très mauvais, c’est pour ça qu’il est mort », a affirmé l’avocat. Diego Maradona, qui souffrait de problèmes aux reins, au foie, d’insuffisance cardiaque, de détérioration neurologique et de dépendance à l’alcool et aux psychotropes, est mort d’une crise cardiaque le 25 novembre 2020, à l’âge de 60 ans, deux semaines après une opération d’un hématome à la tête. Il était en convalescence dans une résidence privée sous la supervision d’une équipe médicale de sept personnes déjà entendues par la justice dans le cadre de l’enquête pour « homicide involontaire avec circonstances aggravantes » ouverte afin de déterminer si l’ex-star du ballon rond a été « abandonnée » à une lente agonie faute de soins adéquats. Matias Morla a relaté sa dernière visite à son client, le 16 novembre, neuf jours avant sa mort. « Quand je suis entré dans la maison il avait une voix étrange, robotique, très aiguë et intermittente, j’ai informé tous le monde de l’état de santé de Diego. J’ai ensuite réalisé que c’était à cause de la quantité d’eau retenue dans le corps », a-t-il déclaré. L’avocat a qualifié de « folie » la décision de la famille de poursuivre la convalescence de Maradona hors d’un environnement hospitalier.

Prix du manuscrit francophone : « Lettre d’un inconnu » de Youssef Bendekhis primé
Le roman « Lettre d’un inconnu » de l’auteur algérien Youssef Bendekhis a été doublement primé dimanche à Paris du « Grand prix du manuscrit francophone » et du « Prix du roman » de la 9ème édition de la Journée du manuscrit francophone, annoncent les organisateurs. En l’absence du lauréat, le prix lui a été décerné lors d’une cérémonie de remises des prix de la 9e édition de la Journée du manuscrit francophone, organisée à Paris, sous la présidence de l’écrivain algérien Yasmina Khadra. « Lettre d’un inconnu » relate l’histoire de Radia, la quarantaine, qui depuis le décès de sa mère, s’était résignée à vivre dans la monotonie. N’ayant plus aucune attache sentimentale hormis celle qui la lie à sa famille proche ou quelques amies intimes, elle refuse de laisser son imagination proliférer et la dévier de la réalité qui, parfois, s’avère trop rude, selon le résumé du roman, mis en ligne. Plusieurs autres manuscrits d’auteurs algériens dont « L’effondrement des Mondes » de Nazim Anis Bouzidi, « Une épine au pied » de Abdelkrim Tazarourte,  » Le fantôme du 18 avril » de Mehdi Boukhalfa, ou encore « Ce que mon soi doit à mon choix » de Saber Ouazine, ont participé à à la compétition. Organisé depuis 2013 par les Editions du Net (France), la Journée du manuscrit francophone distingue chaque année des manuscrits (roman, poème, nouvelle, essai, témoignage) et prend en charge les frais liées à la publication.