Tizi Ouzou : L’université Mouloud Mammeri se dotera d’un incubateur et de 20 laboratoires

L’Université Mouloud Mammeri (UMMTO) de Tizi-Ouzou se dotera cette année d’un incubateur et de 20 laboratoires de recherches, a annoncé dimanche Ahmed Tessa, recteur de cette structure de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture officielle de l’année universitaire 2018-2019 à la Faculté de droits de Boukhalfa, M. Tessa a fait savoir qu’une «réunion du groupe de travail chargé de l’installation d’un incubateur au niveau de l’UMMTO, aura lieu la semaine prochaine». Cet outil, dont la direction est confiée à un ancien étudiant en informatique de l’UMMTO, commencera par prendre en charge «les projets des étudiants de notre université pour, ensuite, étaler son champ d’action», a-t-il précisé. Il sera également procédé, a indiqué le responsable universitaire, à «la relance du projet de réalisation du groupement de 20 laboratoires de recherches prévus pour rapprocher et mutualiser les moyens des différents laboratoires», qui enregistrent un retard dans l’avancement des travaux. «Il y a un retard dans l’avancement des travaux de réalisation de ce groupement de laboratoires, qui est causé par l’entreprise engagée à cet effet et une procédure administrative est en cours pour résilier le marché et engager d’autres entreprises», a-t-il assuré à ce propos. Dressant un état des lieux de cette rentrée, le recteur a indiqué que «ce sont quelque 60.000 étudiants, 58.000 en graduation et 2.000 en poste graduation, dont 9.400 nouveaux bacheliers, qui seront encadrés par 2.200 enseignants et 2.300 fonctionnaires, qui ont rejoint les bancs de l’université pour un début effectif des cours dans l’ensemble des facultés». La cérémonie d’ouverture, qui s’est déroulée en présence des autorités locales et des différents acteurs et partenaires de l’université, a été une occasion pour les responsables de cette institution universitaire de relever «l’importance et la place acquise par l’UMMTO dans l’environnement local». Une situation est «un défi, certes, difficile, mais vite relevé grâce à la mobilisation de tous», a souligné Ahmed Tessa, en remerciant l’ensemble des acteurs, étudiants, enseignants, travailleurs et fonctionnaires. Il a relevé que «l’université a vocation de former l’élite économique, politique et culturelle de demain ( ) qui est à même de participer à parachever la construction d’un pays fort et dynamique, d’une économie compétitive et diversifiée et d’une paix durable». Une élite, a-t-il renchérit, qui constitue «un capital humain d’une grande valeur que nous devons mettre au service d’une économie de savoir et de connaissance qui préside au nouveau modèle économique voulu par les hautes autorités du pays «, exhortant, à l’occasion, les étudiants à être «ambitieux, assidus et scientifiquement curieux». Pour sa part, Mohamed Dahmani, professeur en sciences économiques, a convoqué l’Histoire de l’UMMTO depuis sa création en 1977 à aujourd’hui, mettant en évidence sa «contribution effective au développement local de la région dans tous les domaines», appelant «à persévérer dans la même voie».
Soulignant, de son côté, que «l’Université ne doit pas vivre en aparté de la vie sociale et économique de la région», le wali de Tizi-Ouzou, Bouderbali Mohamed, a appelé l’ensemble des acteurs à « mettre à profit les moyens qui sont mis à leurs dispositions» et à « travailler à la stabilité de l’Université en privilégiant toujours la voie du dialogue».