Arrestation

Tizi-Ouzou : arrestation des auteurs d’une tentative de cambriolage d’une bijouterie

Les auteurs d’une tentative de cambriolage d’une bijouterie sise à Fréha, à l’Est de Tizi-Ouzou, ont été arrêtés, en flagrant délit, a indiqué, vendredi, la sûreté de wilaya dans un communiqué. La mise en échec de cette opération est intervenue suite à l’exploitation, par les services de la sûreté urbaine de Fréha, la brigade de police judiciaire et la brigade mobile de police judiciaire (BMPJ) de la sûreté de daïra d’Azazga ainsi que du service de police judiciaire de la sûreté de wilaya, d’un « renseignement faisant état d’un projet de cambriolage en préparation, ciblant une bijouterie, sise à Fréha ». Les investigations entreprises dans le cadre de cette affaire ont permis de « cerner les intentions des auteurs de ce projet criminel » et d’élaborer un plan pour mettre en échec ce projet de cambriolage, a-t-on précisé de même source. Le plan en question s’est soldé, a-t-on souligné, par l’interpellation, en flagrant délit, de deux individus, l’un, originaire d’Alger, portant une arme blanche (poignard), des colliers en plastique et du chatterton et l’autre, demeurant à Tigzirt (Tizi-Ouzou) et qui était au volant d’un véhicule. Une troisième personne, une jeune femme, originaire de la wilaya de M’sila, « complice dans cette affaire », a été arrêtée par la suite, selon le communiqué de la sûreté de wilaya. Les mis en cause dans cette affaire ont été présentés au parquet d’Azazga pour « association de malfaiteurs en vue de commission d’un cambriolage avec arme blanche », est-il indiqué dans le communiqué.

Saisie d’une quantité de drogue dure et arrestation de trois mis en cause à Tlemcen
La brigade criminelle de la police judiciaire de Tlemcen a saisi dernièrement plus de 15 grammes de cocaïne et l’arrestation de trois mis en cause dans cette affaire, a-t-on indiqué samedi dans un communiqué de la cellule la sûreté de wilaya. L’opération a eu lieu suite à l’arrestation d’un individu faisant l’objet d’un mandat d’arrêt (un baron de la drogue) à bord d’un véhicule. Cette personne recherchée pour des affaires de drogue, utilisait une fausse identité et un faux permis de conduire et des documents de véhicule falsifié, a-t-on indiqué. L’enquête a permis l’arrestation de deux autres individus et la saisie, en leur possession, de la quantité de drogue dure préparée pour trafic, en plus d’armes blanches, d’une bombe de gaz lacrymogène et deux faux pistolets, ainsi que deux véhicules touristiques dont un recherché dans une affaire d’abus de confiance. Les trois prévenus arrêtés ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Tlemcen pour trafic de drogues dures (cocaïne) au sein d’un groupe criminel organisé, détention d’armes blanches et de deux pistolets contrefaits, usurpation d’identité, escroquerie, abus de confiance, sabotage volontaire de bien d’autrui et falsification de documents officiels, selon la même source.

Premier salon du digital « Digimact » du 1er au 3 février à Oran
La première édition d’un salon « Méditerranean Digital Action » (Digimact) dédié au digital pour les Jeux méditerranéens d’Oran 2022 se tiendra du 1er au 3 février prochain au Centre des conventions d’Oran (CCO), a-t-on appris des organisateurs. Organisé sous le slogan « Le digital au service du marketing territorial et urbain à l’ère des Jeux méditerranéens d’Oran », cet événement « est imaginé et conçu à la faveur des Jeux méditerranéens d’Oran et, également, dans une vision globale durable », a-t-on indiqué dans un communiqué de l’agence organisatrice « Efectif Evenementiel ». Organisé sous le parrainage du ministre de la Poste et des Télécommunications, du ministre de la Numérisation et des Statistiques et du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Économie de la connaissance et des Start-up, le salon devra regrouper différents acteurs dans les métiers du numérique, a-t-on indiqué de même source. Il s’agit, notamment, d’acteurs dans le domaine de la production de solutions digitales dont Data center, fournisseurs d’équipements, start-up, développeurs d’applications, fournisseurs d’accès, opérateurs de téléphonie, banques
et sociétés d’assurances, agences digitales, clubs scientifiques et gestionnaires d’applications mobiles qui peuvent apporter une valeur ajoutée à un événement d’envergure internationale, à savoir les JM d’Oran et les défis qu’ils comportent, a-t-on souligné.

8 décès et 352 blessés sur les routes en 48 heures
Huit personnes ont trouvé la mort et 352 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus à travers le territoire national, durant les dernières 48 heures, indique samedi un communiqué de la Direction générale de la Protection civile (DGPC). Les éléments de la Protection civile sont, en outre, intervenus pour prodiguer des soins de première urgence à 64 personnes incommodées par le monoxyde de carbone (Co) émanant d’appareils de chauffage et de chauffes eau de leurs domiciles à travers plusieurs wilaya, ajoute la même source, déplorant, néanmoins, cinq (05) cas de décès enregistrés à Djelfa. Il s’agit de trois (03) personnes de sexe masculin, âgées de 27, 24 et 21 ans, ayant péri asphyxiées par les gaz brulés émanant de l’échappement d’un véhicule stationné dans le garage du domicile familial, sis dans la zone Kouar, commune d’Aïn Feka, précise-t-on. Le 4éme décès a été enregistré dans la wilaya de Béjaïa et concerne un jeune homme de 47 ans, asphyxié par le Co émanant du chauffage du domicile familial, sis au village Chelhab, alors que la 5éme victime, un sexagénaire, a été recensée à Tlemcen. Le décès est survenu également à la suite de l’inhalation du Co émanant du chauffage du domicile familial, sis au village El-Ghéraïma, commune Djebala, est-il ajouté.

France : un ancien ministre condamné à 8 mois de prison ferme
L’ancien secrétaire général de la présidence française sous Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, déjà condamné et emprisonné, a été de nouveau condamné vendredi à un an de prison dont 8 mois ferme, dans l’affaire dite des sondages de l’Elysée. Trois des quatre anciens conseillers et collaborateurs de Nicolas Sarkozy, président de 2007 à 2012, qui étaient jugés à ses côtés pour favoritisme ou détournement de fonds publics, ont également été condamnés, dont Patrick Buisson, alors proche conseiller du chef de l’État, condamné à deux ans de prison avec sursis et 150 000 euros d’amende, et l’ex-sondeur Pierre Giacometti (6 mois avec sursis et 70.000 euros d’amende). En octobre et novembre, le tribunal s’était plongé dans l’exercice du pouvoir sous la présidence de Nicolas Sarkozy, en examinant des millions d’euros de conseil politique et études d’opinion facturés à la présidence française par les sociétés de Patrick Buisson et Pierre Giacometti ainsi que par l’institut Ipsos. Il a jugé que ces millions d’euros avaient bien fait l’objet de favoritisme et M. Guéant, devenu ministre de l’Intérieur en 2011, a été reconnu coupable de favoritisme. Compte tenu de la « gravité » des faits et « de la personnalité » de cet ancien grand commis de l’État, très influent sous le quinquennat Sarkozy, mais dont l’image est désormais entachée par les affaires, le tribunal a estimé qu’il n’y avait pas lieu d’aménager la partie ferme de la peine. L’ex-ministre, devenu avocat et âgé de 77 ans, est écroué depuis plus d’un mois pour son manque d’efforts à régler des amendes et dommages et intérêts auxquels il a été condamné en 2017 dans une affaire de primes en liquide au ministère de l’Intérieur. Il n’était pas présent vendredi pour la lecture du jugement. Son avocat a indiqué que M. Guéant allait faire appel de sa condamnation avec mandat de dépôt.