Soldes

SOLDES D’HIVER : L’arnaque encore et toujours !

Au lendemain du lancement de la période hivernale des soldes dans la capitale, les associations de protection du consommateur mettent en garde contre le non-respect de la réglementation par certains commerçants et à l’arnaque que risque les consommateurs qui manquent souvent de vigilance.

Attendues pour y faire de bonnes affaires, comme c’est le cas dans les pays étrangers, les périodes de soldes, en Algérie, ne sont pas vraiment respectées comme la loi le stipule. En effet, au lendemain du lancement des soldes pour cette période hivernale, les associations de protection du consommateur mettent en garde contre les commerçants contrevenants qui ignorent tout des lois qui sont pourtant très claires dans ce domaine et ne font qu’à leur guise. C’est le cas de Zaki Hariz, président de la FAC, pour qui les soldes ne sont qu’une technique de marketing que certains commerçants, notamment du prêt-à-porter, utilisent pour attirer plus de clients possible. Joint hier par téléphone, Hariz a estimé que pour la plupart des commerçants, ces périodes de soldes ne sont qu’un moyen pour faire de l’arnaque et piéger les consommateurs. Pire, a-t-il ajouté, chez d’autres magasins, des réductions alléchantes sont affichées durant les 12 mois de l’année alors qu’en vérité il n’en est rien. «Cette pratique (hors réglementation) n’a pour but que d’attirer les clients, sachant que les soldes n’ont lieu que durant deux périodes de l’année», a-t-il affirmé. Hariz a, d’autre part, souligné que les consommateurs n’ont pas vraiment beaucoup de choix notamment en ce qui concerne le prêt à porter puisque la marchandise est importée et non pas produite localement. Et de poursuivre, durant ces périodes de soldes, les commerces n’ont pas beaucoup de stock et d’emblée pas grand-chose à solder. Pour sa part, le président de l’Association El Amane, Menouar Hacéne, a fait état de l’absence d’une culture de consommation que ce soit chez le consommateur que chez le commerçant. Pour mieux expliquer son idée, Menouar a relevé que du côté des commerçants, on ignore la réglementation sur la question des soldes qui existe pourtant depuis 2006. Cette ignorance, a-t-il poursuivi, a donné lieu a des publicités mensongères et de l’arnaque. De leurs côtés, les consommateurs qui ne sont pas vigilants, qui ne font pas de tournées avant les soldes et qui ne vérifient pas les prix (anciens et nouveaux) sont très vite pris au piège. Soulignant que la responsabilité des associations de protection de consommateur est de sensibiliser ces derniers, Menouar a estimé que l’administration a, pour sa part, la responsabilité d’accompagner les commerçants à travers des formations sur les réglementations. De plus, il a appelé le ministère du Commerce à intensifier les contrôles (inopinés) durant cette période et ne pas se contenter de contrôles réguliers. Pour rappel, la saison des soldes d’hiver a été fixée, pour la wilaya d’Alger, du 18 janvier au 28 février 2019. Pour ce qui est du décret exécutif de janvier 2006, celui-ci stipule que les ventes en solde constituent les ventes au détail précédées ou accompagnées de publicité et visant, par une réduction de prix, l’écoulement accéléré de biens détenus en stock. Ces ventes en solde ne peuvent porter que sur des biens acquis par l’agent économique depuis trois mois au minimum, à compter de la date de début de la période des soldes, qui sont autorisées deux fois par année civile ; soit en période hivernale et estivale.
Ania Nait Chalal