Skikda : Mise sous contrôle judiciaire du conservateur foncier et un investisseur dans le secteur du tourisme

La Cour de Skikda a décidé, mardi, la mise sous contrôle judiciaire du conservateur foncier de la wilaya et un investisseur privé dans le secteur du tourisme après l’appel du jugement interjeté par le parquet, a-t-on appris de source judiciaire.
La même source a affirmé à l’APS que le conservateur foncier et l’investisseur privé avaient été libérés en février dernier après leur comparution devant le juge d’instruction près le tribunal de Skikda pour «abus de fonction et octroi d’indus privilèges en violation des lois» pour le premier et «trafic d’influence d’agents de l’état afin d’obtenir d’indus avantages de l’administration publique» pour le second mis en cause. La même source judiciaire a également ajouté qu’un deuxième investisseur poursuivi dans la même affaire a été quant à lui mis en liberté, indiquant que le parquet a fait appel à cet effet, n’étant pas convaincu de la première décision du tribunal.
Pour rappel, le juge d’instruction près le tribunal de Skikda avait ordonné, suite à l’enquête menée concernant cette affaire en février dernier de placer A. R., l’ancien directeur des Domaines de la wilaya de Skikda et actuel directeur des Domaines de la wilaya de Annaba, sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire national au motif de «dilapidation des deniers publics», «abus de fonction et octroi d’indus privilèges à autrui en violation des lois», tout en ordonnant la libération des autres accusés. Ces personnes sont poursuivies pour «vente de terrains propriété de l’Etat faisant partie du tissu urbain de la ville de Skikda à des investisseurs pour des montants inférieurs à leur valeur réelle et dont la différence avoisine les 2 milliards de dinars», a expliqué la même source. Le procureur de la République près le tribunal de Skikda avait requis la détention provisoire à l’encontre du directeur des Domaines et l’un des investisseurs privés et requis la mise sous contrôle judiciaire pour les autres accusés.