Mila

Récupération depuis janvier dernier de plus de 4 300 pièces archéologiques à Mila

Plus de 4.300 pièces archéologiques, destinées à la contrebande, ont été récupérées depuis le début de l’année en cours dans la wilaya de Mila, a-t-on appris samedi du chef de service du patrimoine culturel auprès de la Direction locale de la culture. Ce patrimoine culturel a été récupéré grâce à des opérations de «qualité» menées, depuis janvier dernier, par les services de Sûreté de Mila, a indiqué Lezghad Chiaba. Ces opérations ont permis de saisir de janvier jusqu’au mois de novembre en cours, entre autres, 4.335 pièces de monnaie archéologiques et anciennes, quatre (4) pièces fossiles, trois (3) outils anciens en métal, des outils utilisés dans des cérémonies funéraires anciennes et des pièces en poterie, a détaillé la même source. La plus grande quantité de pièces archéologiques a été récupérée au mois de février dernier, où les opérations de la police ont permis la saisie de 3.429 pièces de monnaie remontant à des époques très anciennes, selon le même responsable. S’agissant de la préservation de ces biens culturels récupérés, M. Chiaba a assuré que 3.712 pièces archéologiques ont été déposées au Musée national public Cirta de Constantine en avril dernier.
Des opérations de transfert des pièces archéologiques restantes au même musée auront lieu «prochainement», conformément aux lois régissant la protection des biens culturels, a-t-il ajouté, soulignant que pour l’instant, la ville de Mila ne dispose pas de musée.
Au cours de l’année précédente, 2.082 pièces archéologiques récupérées par les services de sûreté, ont été également remises au Musée Cirta, a rappelé la même source, notant que 46 objets restants ont été déposés dans le même musée dans le cadre d’une opération de transfert effectuée durant l’année en cours.

Arrestation d’un criminel objet de 10 mandats d’arrêt à El Tarf

Les services de la gendarmerie de la wilaya d’El Tarf ont arrêté, récemment, un dangereux criminel qui faisait l’objet de dix (10) mandats d’arrêt pour divers crimes et délits, a-t-on appris samedi auprès de ce corps de sécurité. Se déployant dans le cadre de leurs activités visant la lutte contre la criminalité dans toutes ses formes, les gendarmes ont intercepté un véhicule, immatriculé dans la wilaya d’Annaba, «en stationnement suspect sur la route menant à la daïra de Dréan», a ajouté la même source, détaillant qu’après vérification d’usage de l’identité du conducteur, il s’est avéré que ce dernier était un criminel activement recherché. L’individu en question, répondant aux initiales A.D, âgé de 37 ans, fait l’objet de mandat d’arrêt pour, entre autres, homicide volontaire, vol de bétail, non-assistance à personne en danger, tentative de cambriolage, coups et blessures, a-t-on précisé. Présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Dréan, le mis en cause dans ces affaires criminelles a été placé sous mandat de dépôt, a-t-on indiqué de même source.

Semaine de l’artisanat algérien au Koweït
Le ministère du Tourisme et de l’Artisanat organise, depuis hier, au niveau du Musée d’art moderne de la capitale koweitienne, la semaine de l’artisanat algérien, et ce, dans le cadre de la commercialisation et de la promotion des produits d’artisanat à l’étranger, a indiqué samedi un communiqué du ministère. Sur invitation du Secrétariat général du Conseil national koweitien de la culture, des arts et des lettres, l’Algérie prend part à cette exposition qui s’étalera sur cinq (5) jours, avec une délégation composée de cadres du ministère, de 25 artisans de différentes régions du pays, tous représentant plusieurs activités relevant de l’artisanat, à l’instar de la tannerie, des tapis, des œuvres traditionnelles en céramique, de la poterie, de l’habit traditionnel, de la broderie traditionnelle, du travail du sable et des bijoux traditionnels, affirme-t-on de même source. Inscrit dans le cadre de «la consolidation des liens de coopération entre l’Algérie et le Koweït, dans les domaines du Tourisme et de l’Artisanat», cet événement se veut, précise la même source, « une opportunité pour faire connaître ce dont recèle l’Algérie comme artisanat diversifié et riche, un domaine qui est l’une des composantes de la Culture et de l’identité nationales», conclut le communiqué.

Un atterrisseur arrive lundi sur Mars pour écouter son intérieur
Pour la première fois, l’humanité va coller son oreille contre le sol de Mars pour écouter les frémissements de ses entrailles. A 11H47 heure de Californie (19H47 GMT) lundi, l’atterrisseur InSight pénètrera l’atmosphère de Mars pour se poser dans une grande plaine, après six mois et demi de voyage et 480 millions de km parcourus depuis son lancement par la Nasa. A son bord se trouve un instrument valant des dizaines de millions d’euros: un sismomètre hypersensible conçu par l’agence spatiale française, le Cnes. C’est la première fois depuis 2012 qu’un engin tentera de se poser sur Mars, depuis le véhicule Curiosity de la Nasa, le seul encore actif sur la planète. Seuls les Etats-Unis ont réussi à y poser des robots. L’URSS a écrasé plusieurs atterrisseurs, tout comme les Européens, tout récemment en 2016. « Atterrir sur Mars est vraiment, vraiment difficile », a prévenu Thomas Zurbuchen, chef du directorat scientifique de la Nasa, l’agence spatiale américaine qui a approuvé la mission de près d’un milliard de dollars il y a sept ans. La descente à travers l’atmosphère durera six minutes et demi. « Lundi soir on va vivre « les sept minutes de terreur »", dit le patron du Cnes, Jean-Yves Le Gall, à l’AFP.
C’est la saison des tempêtes de poussières sur Mars. Aux dernières nouvelles, la météo était bonne. Le bouclier thermique de l’engin a de toute façon été renforcé. Quoiqu’il arrive, l’atterrissage sera tenté. « Ce sera une entrée balistique, nous ne pouvons rien changer », a dit le chef de la mission à la Nasa, Tom Hoffman.

Chiffre du jour : 2 138

Au total, 2.138 personnes sont mortes de maladies infectieuses en octobre en Chine, selon des données officielles. Citant la Commission nationale de la santé, le Health News a indiqué que 604.282 cas de maladies infectieuses avaient été signalés dans la partie continentale de la Chine le mois dernier. Un cas de choléra a été enregistré en novembre, et aucun cas de peste n’a été signalé. Personne n’est mort de ces maladies, d’après le journal. La peste et le choléra sont classés comme maladies infectieuses de classe A, soit les maladies infectieuses les plus graves selon la Loi sur la prévention et le traitement des maladies infectieuses de la Chine. Au total, 284.539 cas classés comme maladies infectieuses de classe B ont été signalés, faisant 2.130 morts. L’hépatite virale, la tuberculose, la syphilis, la gonorrhée et la dysenterie représentaient 93% de ces cas. Les maladies de classe C ont fait huit morts, selon la même source