bengherbit

Promouvoir la lecture chez les élèves : Benghabrit à pied d’œuvre

S’inscrivant dans la droite ligne avec le programme du ministère de l’éducation nationale, la promotion de la lecture chez les élèves a nécessité l’élaboration d’un projet dont la participation à la compétition «Défi de la lecture arabe». Pour la première responsable du secteur, Nouria Benghabrit, la maîtrise des langages fondamentaux dont la langue arabe et la langue amazighe est l’un des objectifs majeurs de la refonte pédagogique, prônée par le MEN. S’exprimant, hier, à l’occasion de la cérémonie de remise des prix aux 10 lauréats du concours «défis de la lecture arabe », la ministre de l’éducation a souligné que ce projet s’inscrit « parfaitement » dans le cadre de la politique sectorielle qui a identifié la refonte pédagogique comme l’un des leviers structurants. Toutefois, selon elle, la maitrise de l’arabe et tamazight à travers la lecture, entre autres, ne suffit pas à elle seule pour relever le défi du nouvel ordre international, mais doit être accompagnée par une ouverture sur les langues étrangères. Afin d’améliorer le rendement des élèves, une série de mesures a été entreprise par le MEN, a fait savoir, à cet effet, la ministre. Il s’agit notamment de l’élaboration de guides méthodologiques en didactique des langues et de modalités de remédiation aux erreurs relevées dans les productions des élèves. Il s’agit aussi de l’enrichissement des bibliothèques scolaires et le renouvellement de leurs fonds documentaire, la promotion de toutes les activités qui complètent les apprentissages (para et périscolaires), celle de loisir notamment. La ministre a en outre évoqué la manifestation «Aqlam Biladi», sous le slogan : le plaisir de lire, la volonté d’écrire, dont la phase nationale a été lancée le 5 juillet dernier et auquel la participation des élèves n’est pas imposée mais volontaire. Cette manifestation vise, poursuit Benghabrit à encourager la lecture des œuvres issues du patrimoine littéraire national dans toutes les langues, faire découvrir des talents d’écriture chez les élèves, développer des capacités d’écriture créatives, chez les élèves, exploiter de manière optimale le fonds littéraire algérien, et ancrer l’imaginaire littéraire au sein de l’école. Pour atteindre ces objectifs et encourager la participation, le MEN a adopté deux démarches. Il y a eu la sélection des textes d’auteurs et écrivains algériens, mis à la disposition des élèves sélectionnés à l’échelle de wilaya, par le biais des anthologies littéraires scolaires. Il y a eu également l’organisation d’ateliers d’écriture –lecture animées par des auteurs et écrivains algériens au profit des élèves séléctionnés aux phases wilaya et nationale. Nouria Benghabrit a expliqué, pour conclure qu’à travers tous ces programmes «notre souhait est de donner aux élèves des opportunités diverses de s’exprimer et de donner libre cours à leurs créativités, dans le format qui leur sied le plus, tout en valorisant le patrimoine culturel national ».
Ania Nait Chalal