Présidentielle en Côte d’Ivoire

Présidentielle en Côte d’Ivoire : L’ONU appelle tous les acteurs à la «retenue»

Le représentant spécial des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas, qui a débuté une mission d’une semaine en Côte d’Ivoire, a appelé mardi tous les acteurs à «la retenue tous les acteurs» de la présidentielle prévue le 31 octobre prochain, ont rapporté des médias. « Les Nations unies invitent tous les acteurs à la retenue, à éviter les violences et [les] discours de haine. Nous exhortons les acteurs politiques ivoiriens à la concertation», a souligné M. Ibn Chambas à l’issue d’une audience avec le président ivoirien, Alassane Ouattara, candidat à un troisième mandat controversé. « Nous avons partagé les préoccupations des Nations unies sur la persistance de l’absence de consensus sur certains aspects du processus», a indiqué le représentant spécial, ajoutant « Ma visite s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement des Nations unies pour l’organisation d’une élection présidentielle pacifique, inclusive, transparente et crédible».
M. Ibn Chambas s’est entretenu avec le président du Conseil constitutionnel, Mamadou Koné. M. Ibn Chambas « aura également une série de rencontres avec des membres du gouvernement, les acteurs politiques, les représentants de la société civile, des représentants du corps diplomatique», selon le communiqué qui a précédé le début de la visite. À l’approche de la présidentielle , l’ex-président ivoirien Henri Konan Bédié a appelé dimanche, au nom de l’opposition, à la «désobéissance civile» face à la «forfaiture» de la candidature à un troisième mandat du chef de l’État Alassane Ouattara à l’élection présidentielle prochaine. «Face à la forfaiture, un seul mot d’ordre: la désobéissance civile», a déclaré M. Bédié en conclusion d’une réunion des principaux partis de l’opposition à Abidjan. «Nous sommes ici pour exprimer notre farouche opposition à cette violation de la Constitution», a insisté M. Bédié, sans donner davantage de détails. La situation politique est tendue en Côte d’Ivoire à un peu plus d’un mois de la présidentielle.
La crainte de violences meurtrières est forte, dix ans après la crise post-électorale née de la présidentielle de 2010 qui avait fait 3.000 morts. Seules quatre des 44 candidatures déposées ont été retenues par le Conseil: celles du président Ouattara et de trois opposants, dont l’ex-président Bédié (1993-1999).