Accueil ACTUALITÉ POUR VIOLATION DES ORDONNANCES DE LA CIJ : L’UE envisage des sanctions...

POUR VIOLATION DES ORDONNANCES DE LA CIJ : L’UE envisage des sanctions contre Israël

0
Michel Martin, ministre irlandais des Affaires étrangères

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Michel Martin, a annoncé que ses homologues de l’Union européenne ont abordé la possibilité de sanctionner Israël s’il ne se conforme pas à l’ordonnance récente de la Cour internationale de Justice.
Il a également indiqué que l’Irlande pourrait soutenir cette démarche. Selon CNN, il a déclaré “ En l’absence d’un respect imminent du verdict de la CPI, toutes les options devraient être envisagées”. Il a souligné que “plusieurs ministres des Affaires étrangères ont discuté de la possibilité de sanctionner les responsables israéliens qui encouragent la violence des colons en Cisjordanie”. La Cour Internationale de Justice a récemment ordonné à Israël de suspendre son opération militaire à Rafah, dans le cadre de mesures provisoires liées à une affaire concernant le génocide en Afrique du Sud. Après le tragique massacre perpétré par les forces d’occupation contre un camp de déplacés palestiniens, l’appel à Israël pour qu’il respecte la décision de la Cour internationale de justice et mette fin à son offensive militaire a été très fort. Dans un message diffusé sur la plateforme X lundi soir, Le président du Conseil européen, Charles Michel a clairement appelé à un arrêt immédiat des hostilités. Il a souligné l’urgence d’un cessez-le-feu pour éviter toute escalade de violence supplémentaire et a insisté sur le respect du droit international et du droit international humanitaire dans la région.

La Chine exhorte l’entité sioniste
La porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinoise a souligné que “la troisième ordonnance de la Cour internationale de justice (CIJ), imposant de nouvelles mesures conservatoires, demande expressément l’arrêt de toutes les opérations militaires”. Suite à la frappe aérienne sur un camp de réfugiés à Rafah, dans le sud de la Bande de Ghaza, la Chine a exprimé sa « profonde inquiétude » et appelé Israël à appliquer de manière effective l’ordonnance de la CIJ et à mettre fin à ses opérations militaires. La porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Mao Ning, a déclaré que « la troisième ordonnance de la CIJ, relative au conflit israélo-palestinien, exige explicitement l’arrêt de toutes les opérations militaires », citée par le quotidien Global Times. Elle a souligné que cette ordonnance reflète le vœu pressant de la communauté internationale en faveur d’un cessez-le-feu, de la protection des civils et de l’atténuation de la crise humanitaire à Gaza, ajoutant : « L’ordonnance doit être mise en œuvre de manière effective dans les plus brefs délais ».

L’Algérie mobilise le Conseil de sécurité
Le Conseil de sécurité des Nations unies s’est réuni en urgence hier à la demande du gouvernement algérien pour discuter de la situation critique à Rafah. Cette requête a été motivée par les développements récents et dangereux observés dans les territoires palestiniens occupés, en particulier à la suite de l’attaque menée par les forces israéliennes contre les camps de déplacés à Rafah. La réunion à huis clos visait à examiner les moyens de garantir la protection des civils palestiniens, de promouvoir le respect du droit international humanitaire et de relancer les efforts en faveur de la cessation des hostilités quotidiennes en Palestine, ainsi que de remédier à la détérioration de la situation humanitaire dans la région. Cette initiative vise à attirer l’attention et à susciter une action concrète de la part du Conseil de sécurité afin de trouver des solutions efficaces pour répondre à cette crise.

Les rues du monde bougent toujours
Des centaines de manifestants se sont rassemblés lundi devant le théâtre municipal sur l’avenue Habib Bourguiba, la principale artère de Tunis, en signe de solidarité avec le peuple palestinien de la Bande de Ghaza. Cette mobilisation faisait suite à l’attaque perpétrée la veille contre un camp de personnes déplacées à l’ouest de la ville de Rafah, dans le sud de l’enclave assiégée. Femmes, hommes, jeunes et personnes âgées ont répondu à l’appel à manifester lancé sur les réseaux sociaux pour dénoncer la guerre menée par Israël contre la Bande de Ghaza, assiégée depuis 18 ans. Des slogans tels que « Non aux intérêts sionistes sur les terres tunisiennes », « Solidaires avec Ghaza » et « Laissez-nous combattre aux côtés des Ghazaouis » ont été scandés, accompagnés du brandissement de drapeaux palestiniens. Des pancartes ont également été levées, portant des messages comme « All eyes on Rafah », « Décolonisation », « Biden est un criminel de guerre », « Resist-Boycott », ainsi que des images caricaturales du président américain avec des cornes de diable et des représentations d’un camp de déplacés en flammes avec la mention « Rafah Holocaust ». Parallèlement en France, une foule impressionnante s’est réunie depuis la Place Saint-Augustin à Paris pour se rendre à l’ambassade d’Israël. Des dizaines de milliers de manifestants ont pris part à cet événement en réaction aux frappes de l’armée israélienne la veille, ayant notamment touché un camp de réfugiés palestiniens et causé de nombreuses pertes en vies humaines, dont des femmes et des enfants. Dans cette procession, les manifestants ont scandé des slogans forts dénonçant Israël et critiquant également l’implication présumée du président français Emmanuel Macron. Ils ont appelé à un arrêt immédiat des hostilités et à la reconnaissance officielle de l’État palestinien par la France, tout en réclamant des sanctions contre Israël. La situation s’est tendue vers 20 heures et les forces de l’ordre ont eu recours à des gaz lacrymogènes pour disperser la foule. En réponse à ces événements, la diplomatie française a réaffirmé son engagement en faveur de la recherche d’une solution politique durable dans la région, soulignant que c’est la seule voie pour restaurer la paix et mettre fin aux souffrances des deux parties.
M. Seghilani

Article précédentParticipation de Taiwan en tant qu’observateur à l’AMS : L’assemblée mondiale de la Santé répond « Non »
Article suivantSaisie de 40.000 euros et arrestation d’un suspect à Ain Kercha (Oum El Bouaghi)