Marché

POUR PARER À LA FLAMBÉE DES PRIX DURANT LE RAMADHA : Fixation d’un prix référentiel et lutte contre le monopole

Intervenant lors d’une réunion du Conseil du gouvernement, présidée par le Premier ministre, Nourredine Bedoui, pour évaluer les préparatifs pour le mois de Ramadhan, le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a mis l’accent sur la nécessité de définir le prix référentiel des produits alimentaires de large consommation et l’aménagement des infrastructures nécessaires pour la mise en vente des produits à travers 866 marchés, dont 171 espaces locaux. Aussi et pour arrêter les prix des produits essentiels, le ministère du Commerce procédera, en concertation avec les différentes associations activant dans le domaine commercial y compris les associations de protection des consommateurs. De même, ce ministère a décidé dernièrement de plafonner les prix de certains fruits et légumes de large consommation pour éviter leur flambée durant le mois de Ramadhan et aussi afin de préserver le pouvoir d’achat des citoyens. Ce plafonnement concernera, selon le directeur général de la régulation et de l’organisation des activités au ministère du Commerce, Saïd Bekaï, les fruits et légumes de large consommation, à l’instar de l’oignon, la pomme de terre, la tomate, la courgette, la carotte et la laitue, a ajouté le même responsable, assurant que le contrôle sera plus rigoureux pour assurer le respect des prix réglementés des produits d’épicerie, notamment l’huile, le sucre, le lait et la semoule. Ce même responsable avait assuré en outre que 6 500 agents ont été mobilisés pour garantir l’application de la loi concernant les prix réglementés et les prix plafonnés concernant tous les produits d’épicerie, fruits et légumes pour mettre un terme à la spéculation de manière efficace. Il est à noter, également que pour arrêter les prix des produits essentiels, le ministère du Commerce procédera, en concertation avec les différentes associations activant dans le domaine commercial y compris les associations de Protection des consommateurs. Pour sa part, le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Hassan Rabehi, a assuré, lors de cette rencontre, que l’État oeuvre, à travers l’ensemble de ses Institutions à la mise en place de tous les mécanismes garantissant un contrôle continu des prix et la lutte contre le monopole Aussi, certains vendeurs de fruits et légumes, rencontrés à Alger, estiment que cette annonce du ministère du Commerce, faite dernièrement, est quelque peu réconfortante en attendant son application sur le terrain. D’autres expliquent que la hausse, parfois inexpliquée des prix des fruits et légumes, dépend de la règle de l’offre et la demande : «De même, le marché des fruits et légumes est sous le diktat de l’informel », soulignent encore, nos interlocuteurs.

Mehdi Isikioune