Illustration

(Pas de) Tehlab

• Le procès Charlie, et Coulibaly surtout, était porteur d’une révélation qui, pourtant, n’a choqué personne en dépit de son caractère particulièrement… choquant.
• A ce point…
• Il s’agit de l’histoire de Bassana Batily, un homme noir qui travaillait au magasin hyper casher où la prise d’otages s’était déroulée.
• Et alors ?
• Bassana Batily est resté menotté dans une bagnole pendant une heure et demi parce que la flicaille qui sévit dans cet « hyper Etat de droit l’avait pris pour un complice de Coulibaly.
• Il a même fallu qu’un collègue à lui travaillant dans un magasin similaire voisin se soit porté garant de lui. Bassana, de terroriste, et ennemi public numéro 1, est devenu héros en dessinant sur un capot de voiture le plan exact du magasin et en désignant la bonne clé ouvrant l’imposant rideau de fer au sein de l’imposant trousseau abandonné par le directeur.
• Dis, le collègue qui s’est porté garant de ce faux suspect, il était blanc et juif je suppose ?
• Comment t’as deviné ?
• Wana aâreft….

N.B : « À l’extérieur, Bassana Batily patiente depuis une heure trente dans une voiture de police, menotté. Les policiers le prennent pour un complice du terroriste. Le magasinier les excuse devant la cour :  »Ils ne savaient pas qu’un Noir travaillait dans le magasin. » Il faut l’arrivée de deux collègues d’un autre Hyper Casher pour que les forces de l’ordre se rendent compte de leur méprise. Le magasinier passe de suspect à héros en quelques minutes, en dessinant les plans du commerce sur le capot de la voiture et en identifiant les bonnes clés du rideau de fer dans le volumineux trousseau laissé par le directeur. L’assaut est donné, quelques minutes après la  »neutralisation » des frères Kouachi à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne).
Et dire que les Français, les Occidentaux nous ont toujours reproché notre traitement qui, pourtant, faisait un nombre impressionnant de victimes dans des circonstances particulièrement barbares….