Ouargla : 15 ans de prison ferme pour falsification de sceaux de l’état

Une peine de quinze (15) années de prison ferme, assortie d’une amende de 100.000 DA, a été prononcée lundi par le tribunal criminel d’appel d’Ouargla à l’encontre de A.B (60 ans) pour «association de malfaiteurs» et «falsification de sceaux de l’état».
Appréhendé en 2018 lors d’un contrôle sécuritaire de routine à Ouargla, le mis en cause s’est avéré alors être recherché pour une affaire remontant à 2013 et portant sur des retraits illicites de sommes d’argent de comptes postaux de particuliers. Il utilisait des chèques et des cartes nationales falsifiés, avec la complicité de trois individus, L.K et A.T qui lui fournissaient les cartes et chèques falsifiés, et Z.M, travailleur dans un bureau de Poste à Ouargla, chargé, lui, de renseigner sur les soldes des clients et de montrer les spécimens de signature, a-t-on précisé lors de l’audience.
La perquisition du domicile du principal mis en cause dans cette affaire (A.B) a permis aux enquêteurs de découvrir plusieurs chèques postaux, des cartes nationales falsifiées, des demandes de carnets de chèques postaux, deux permis de conduire et deux sceaux falsifiés d’institutions publiques.
Le représentant du ministère public a, au regard des preuves accablantes réunies, requis à l’encontre de A.B une peine de prison à vie avec confiscation des saisies opérées.

Deux Algériens parmi les lauréats du Prix Sharjah de la créativité arabe
Le poète Mohamed Boutheran et la romancière Amina Mansri figurent parmi les lauréats de la 23e édition du Prix Sharjah de la créativité arabe, a-t-on annoncé lundi à Sharjah (Emirats arabes unis).
Le poète Mohamed Boutheran a remporté le deuxième Prix pour son recueil «Kafn wahid wa akthar min kabr» (Un seul linceul et plus d’une sépulture) alors que l’écrivaine Amina Mansri a obtenu le troisième Prix pour son roman «Joinville». Les prix seront remis aux lauréats lors de la cérémonie prévue au Maroc en avril 2020. Le Prix Sharjah de la créativité arabe a déjà récompensé par le passé des auteurs algériens, à l’instar de Mahmoud Iberraken (poèsie), Youcef Baaloudj et Smail Yabrir dans le théâtre et Mebrouk Dridi dans le roman.

Une tonne de cocaïne saisie dans un camion-citerne au Brésil
La police routière brésilienne (PRF) a annoncé lundi avoir trouvé 1,1 tonne de cocaïne dans un camion-citerne près de Brasilia, la plus grande quantité de drogue jamais saisie dans la région de la capitale. «Les policiers ont ouvert la citerne censée transporter de l’huile végétale et ont trouvé 1.100 tablettes d’environ un kilo chacune d’une substance analogue à la cocaïne», a expliqué la PRF dans un communiqué. Abordé dimanche par les policiers aux environs de Cristalina, à environ 130 km de Brasilia, le chauffeur du camion a éveillé les soupçons en raison de sa «nervosité» et de son «parcours inhabituel».

Suspension du P/APC de Lahlaf
La wali de Relizane, Nacéra Brahimi, a suspendu le président d’APC de Lahlaf qui fait l’objet d’une condamnation judiciaire, a-t-on appris lundi auprès des services de la wilaya.
La suspension du P/APC de Lahlaf de ses fonctions a été décidée le week-end dernier en application de l’article 43 de la loi 10-11 du code communal, a-t-on fait savoir.

Le directeur de la Culture de M’sila limogé pour ses propos sur «Abane Ramdane»
Le ministère de la Culture a mis fin, dimanche, aux fonctions du directeur de la Culture de la wilaya de M’sila, Rabah Drif, pour «outrage et offense» à l’un des symboles de la Glorieuse révolution nationale, a appris lundi l’APS auprès des services de la wilaya. «Attenter à la mémoire de Abane Ramdane est un acte inacceptable dans le fond et la forme», a indiqué un communiqué du ministère de la Culture, qui souligne que Abane Ramdane «est l’une des figures emblématiques de la Glorieuse révolution nationale et l’un des architectes du Congrès de la Soummam». «L’atteinte à la mémoire des chouhada et moudjahidine qui ont sacrifié leur vie pour la patrie ne relève en aucun cas de la liberté d’expression», a précisé le communiqué.
Le ministère de la Culture s’est défendu contre un tel acte «irréfléchi», un acte «moralement et politiquement inacceptable émanant de l’un de ses cadres», affirmant que cette attitude «ne respecte point les règles de responsabilité, dont doivent faire preuve chaque cadre et homme de culture qui assume la direction de la culture et représente la politique culturelle du gouvernement auprès des citoyens et des habitants de l’une des wilayas du pays». Scénariste de plusieurs films sur l’histoire, Rabah Drif a occupé le poste de directeur du musée national Nasreddine Dinet, avant d’être à la tête de la direction de la culture de la wilaya de M’sila.

Deux morts dans un carambolage à Bordj Bou Arreridj
Deux (2) personnes ont trouvé la mort et vingt deux (22) autres ont été blessées dans un carambolage de véhicules à l’autoroute Est-Ouest dans son segment traversant Aïn Taghrout à Bordj Bou Arréridj, a-t-on appris mardi auprès des services de la Protection civile.
L’accident est survenu mardi matin sur l’autoroute est-Ouest en allant vers Sétif, entre la commune d’Aïn Tessra et l’échangeur de la commune d’Aïn Taghrout, a précisé le commandant, Ali Dahmane Rabah, précisant que l’accident a causé la mort de deux personnes et des blessures de divers degrés à 22 autres personnes.
Les unités principales et secondaires de la Protection civile de la capitale des Biban sont intervenues pour secourir, sur place et évacuer, par la suite les blessés vers la clinique d’Aïn Taghrout et l’hôpital Lakhdar Bouzidi au chef- lieu de wilaya, a-t-on noté ajoutant que les dépouilles ont été acheminées vers la morgue de l’hôpital de Bordj Bou Arreridj.
Une enquête a été ouverte par les services compétents pour déterminer les causes de ce drame, a-t-on encore indiqué. Au cours des dernières 48 heures, six (6) décès et vingt trois (23) blessés dans des accidents de la circulation sur l’autoroute Est-Ouest, dans son segment traversant Bordj Bou Arreridj ont été recensés.

Deux morts, intoxiqués au monoxyde de carbone à Blida
Deux personnes d’une même famille (un père et sa fille) ont trouvé la mort, mardi à Blida, intoxiquées au monoxyde de carbone (CO), tandis qu’une autre victime (sa femme) est actuellement hospitalisée au service de réanimation à l’hôpital «Brahim Tirichine», de Blida, a-t-on appris des services de la Protection civile. Les éléments de l’unité principale de la Protection civile sont intervenus mardi aux alentours de 06h00 dans le quartier de «Abdelmoumen» (commune de Blida) pour secourir des personnes intoxiquées au CO, a précisé la même source, signalant le décès d’un homme (33 ans) et de sa fille (4 ans), tandis que l’épouse (25 ans) a été hospitalisée au service de réanimation. Les corps sans vie des deux victimes n’ont pas encore été transférés, en raison de l’enquête de la police menée sur les lieux, a-t-on ajouté. La cause de ce drame est l’inhalation des émanations du monoxyde de carbone se dégageant d’un chauffe-eau installé dans la douche et d’un chauffage fonctionnant avec une bouteille de gaz de butane qui se trouvait dans la chambre à coucher.