mokrip4

NOMINATION D’EL HACHEMI DJAÂBOUB, CADRE DU MSP, MINISTRE DU TRAVAIL : Abderrezak Makri exprime sa « surprise »

Hachemi Djaâboub, revient au gouvernement pour diriger le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, nommé à ce poste, mercredi dernier, par le président de la République Abdelmadjid Tebboune.

Ainsi, selon un communiqué de la Présidence, « conformément à l’article 93 de la Constitution, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a nommé, après consultation du Premier ministre, El Hachemi Djaâboub, au poste de ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale ». Une décision qui viendra donc combler un poste resté vacant, si non sous intérim de l’actuelle ministre de la Solidarité nationale, depuis notamment l’éviction d’Ahmed Chawki Fouad Acheuk Youcef de la tête de ce département, le 29 juillet passé. Sauf que, dans la forme, le fait de nommer un cadre du Mouvement de la société pour la paix, « sans consulter » la direction du parti, « pose problème », à considérer la sortie publique de Makri, encore lui ! En effet, dès que l’information a été reprise par les médias, le président du MSP n’a pas hésité à exprimé sa surprise d’une telle décision sans l’avoir consulté. Sur sa page officielle Twitter Makri a publié : «de nombreux organes d’information ont annoncé la nomination, par le président Tebboune, de Hachemi Djaâboub au sein du gouvernement », écrit-il avant d’ajouter que « si cette nomination se confirme, nous informons l’opinion publique que nous n’avons pas été consultés sur le sujet ni par le Gouvernement, ni par le concerné lui-même ». En tout état de cause ajoute Abderrezak Makri, « après confirmation de cette nomination, les instances du parti prendront la décision qui convient». Et c’était d’ailleurs le cas, après la confirmation de l’information par l’Agence officielle APS, le bureau exécutif du Mouvement de la société pour la paix s’est réuni jeudi au siège national du parti, dirigé par son président Abderrazak Makri, en présence du président du conseil national consultatif, ce dernier le (MSP) a sanctionné son cadre, affirmant que « ça ne concerne d’aucun cas le mouvement ».
Ensuite le parti a estimé dans un communiqué, publié le même jour, que le choix du président Tebboune de nommer un cadre du MSP sans consulter le parti est une sorte de « sanction » suite à sa décision de voter « contre »  le projet de Constitution au référendum du 1er novembre prochain. Également, et après avoir condamné et contrarié cette décision, notamment « en cette période où le travail politique est ciblé », le bureau exécutif du MSP a décidé à ce fait de «geler l’adhésion de El Hachemi Djaâboub au sein du parti et de transférer son dossier devant l’instance nationale de discipline », cette décision est prise, selon la même source, «après que le concerné ait accepté le poste de ministre sans pour autant consulter le Mouvement dont la décision de participer au gouvernement relève exclusivement des prérogatives du conseil consultatif national. La décision de ne pas entrer dans le gouvernement a été prise à l’unanimité des membres du conseil consultatif national et réitérée lors des sessions précédentes » précise le communiqué. Pour rappel, El Hachemi Djaâboub a été élu député dans l’ancienne législature, sous la bannière du MSP. Il a été également ministre de l’Industrie et du Commerce sous le Gouvernement d’Ahmed Ouyahia, ministre de l’Industrie du 9 mai 2003, au 19 avril 2004 et du 19 avril 2004 au 1er mai 2005. Et ministre du Commerce du 1er mai 2005 au 24 mai 2006.
Sarah Oubraham