économie de la connaissance

L’ÉCONOMIE DE LA CONNAISSANCE DANS LE PLAN D’ACTION DU GOUVERNEMENT : Des zones franches technologiques et des ateliers de prototypage

Le plan d’action du gouvernement, qui sera soumis au débat du Parlement à partir de lundi prochain, prévoit le renforcement de l’économie de la connaissance, de la recherche et développement (R&D) et de l’innovation tout en accélérant la transition numérique et le développement des startup.

Le gouvernement s’engage ainsi à l’élaboration d’une loi-cadre sur l’économie de la connaissance, la mise en place d’une stratégie nationale de transfert technologique ainsi que la mise en place des mécanismes pour le financement des travaux de prototypage et de recherche et développement au profit des startup. Il s’agit aussi de la mise en place d’incitations fiscales pour encourager les entreprises à investir dans la recherche et le développement.
De plus, pour renforcer l’économie de la connaissance, le plan prévoit la mise en place d’un mécanisme pour soutenir le dépôt de brevet à l’international, l’encouragement du recrutement de main-d’œuvre hautement qualifiée dans les entreprises, la création du statut de chercheur en entreprise et la digitalisation des procédures de dépôt de brevets. Il s’agit aussi de la création de zones franches technologiques et d’ateliers de prototypage (makerspaces) au profit des porteurs de projets innovants. Il prévoit aussi la révision du cadre législatif du e-commerce, pour le rendre plus flexible avec les startup, la simplification des procédures de création d’entreprises au profit des startup et autres primo-investisseurs, la création de statuts pour les freelances et auto-entrepreneurs. Il s’agit aussi de l’encouragement du capital-risque, compte tenu de son rôle clé dans le financement de l’innovation, et l’allégement des procédures administratives pour la création de fonds d’investissement et de fonds communs de placement dans l’innovation.
Ania Nch