RASD - CONSEIL PAIX

LE RASD ÉLUE MEMBRE DU CONSEIL MONDIAL DE LA PAIX : Coup dur pour le Maroc à partir du Vietnam

Une fois de plus, le régime de sa Majesté, Mohamed 6, roi du Maroc, devrait encore supporter, la mort dans l’âme, le poids d’un autre camouflet qui, de nouveau, met à nu toute sa politique expansionniste au Sahara occidental et sa prétendue marocanité de ce territoire occupé, considéré comme la dernière colonie en Afrique.

La « gifle » est lancée, cette fois-ci, à partir de la capitale vietnamienne, Hanoï, à l’occasion de la 22ème Assemblée du Conseil mondial de la paix (CMP) qui se tient dans ce pays asiatique, du 21 au 27 du mois en cours. En effet, le Conseil a annoncé, depuis le pays du célèbre leader, Hô Chi Minh, l’adhésion de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et son élection en tant que membre du Comité exécutif de cet organisme et réitère son engagement en faveur du droit du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination. De quoi déranger le Maroc dans son sommeil déjà perturbé par les multiples engagements internationaux en faveur de la question sahraouie appuyés, encore aujourd’hui, par la décision du CMP, alors que l’occupant marocain fait tout pour isoler le Sahara occidental sur le plan international et attirer, par la même, plus de soutien à sa conception, pourtant « imaginaire ».

Le Maroc a l’air de tourner en rond
Dans un communiqué, relayé, jeudi dernier, par l’agence de presse sahraouie (SPS), cette organisation internationale qui a pour objectif la lutte pour la paix, le désarmement général et la promotion des droits fondamentaux contre toute forme d’impérialisme, affirme que « dans le but de rassembler davantage de forces mondiales dans la lutte commune pour la paix, le développement et le progrès, le CMP a approuvé à l’unanimité l’adhésion de la RASD et son élection en tant que membre du Comité exécutif de l’organisme ». Cet organisme a surtout réaffirmé son soutien au droit du peuple sahraoui à déterminer son destin par l’organisation d’un référendum libre et équitable sous les auspices de l’ONU et déplore les violations des droits humains du peuple sahraoui par le régime d’occupation, appelant à la « libération immédiate de tous les prisonniers politiques sahraouis des prisons marocaines ». Le CMP, qui rappelle le statut de la RASD au sein de l’Union africaine (UA) en tant que membre fondateur et ses relations diplomatiques au niveau international, n’a pas caché ses regrets de voir le Sahara occidental demeurer la dernière colonie d’Afrique, ce qui est, juge-t-il, « contraire à la tendance actuelle qui est la réalisation de l’émancipation, de l’indépendance, de l’autodétermination et de la souveraineté nationales ».
Dans son allocution, à la séance inaugurale tenue en présence notamment de membres du gouvernement vietnamien, le secrétaire général du CMP, Thanasis Pafilis, a appelé à « des actions pour achever le processus de décolonisation du Sahara occidental et multiplier les actions de solidarité avec le peuple sahraoui dans son juste combat ». La présidente du Conseil, Marca do Socorro Gomes, a salué, de son côté, « la lutte longue et héroïque du peuple sahraoui pour ses droits ».

Engagement du CMP « historique »
Présent à l’occasion, le représentant sahraoui, Bulahi Mohamed Fadel, a salué l’engagement « historique » de l’organisation pour les causes justes, en particulier la lutte sahraouie contre le colonialisme et l’occupation étrangère, tout en se félicitant de l’engouement international en faveur de la cause sahraouie.
« Une fois de plus, nous avons été entourés d’organisations amies de différents continents, qui ont été fermes dans leur soutien et leur accompagnement de la RASD », s’est-il réjoui. « L’adhésion de la RASD au Conseil mondial de la paix (CMP) émane de l’engagement du peuple sahraoui aux côtés des forces éprises de paix mondiale et d’une contribution active et responsable à la concrétisation des aspirations communes des peuples du monde « , a –t-il ajouté. La 22ème Assemblée du CMP, a réuni une centaine de délégués et organisations venus de 53 pays pour relever les défis auxquels l’humanité est confrontée et présenter « un plan d’action axé sur la défense de la souveraineté des peuples, la non-ingérence et la solidarité comme seuls moyens d’émancipation », souligne la même source. Ainsi, alors que les chances de voir aboutir son projet d’annexion du Sahara occidental, se fondent comme neige au soleil, le royaume chérifien, qui prend tout un peuple en otage, gesticule désespérément, et continue, par la même, à faire le désert autour de lui par le biais d’une politique coloniale qui peine à trouver preneur. Parallèlement, la cause sahraouie continue son petit bonhomme de chemin, en gagnant de plus en plus de soutiens et continue de s’accroitre chaque jour que Dieu fait.
Brahim Oubellil