12.9 C
Alger
23 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

Le président de l’ HIISE à propos des candidatures des ministres aux prochaines législatives : «Ils sont libres de se présenter»

Le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelwahab Derbal, a estimé, hier, dans sa réponse à une question sur la polémique qu’a suscitée la candidature du ministre de la Justice, Tayeb Louh pour les prochaines législatives, que la présence de membres de gouvernement sur les listes électorales n’est pas contraire à la loi. Selon Derbal : « il n’y a pas un texte de loi qui interdise les candidatures des membres de gouvernement. Tous les ministres ont le droit de présenter leurs candidatures pour les prochaines élections s’ils se sentent compétents et remplissent les conditions nécessaires pour se présenter au vote». Selon Derbal, cela constituera une double responsabilité, vu que les élections seront un véritable test pour ces ministres. Sur le recours à l’utilisation des moyens de l’État par les membres de gouvernement dans la promotion de leurs propres campagnes électorales, Derbal a dit que dans ce cas une question de morale et d’éthique se pose d’autant que « cette pratique contredit la crédibilité et la sincérité des candidats en question », affirmant par la suite qu’il est temps de se débarrasser de quelques clichés selon lesquels « un responsable est fait pour être servi et non pas pour servir ». Soulignant la prérogative de l’instance de recourir à l’utilisation de la force publique, Derbal a prévenu qu’il prendra « toutes les dispositions que lui permet la loi contre toute infraction qui serait signalée par les superviseurs de l’instance ». Toutefois, Derbal a déploré un manque de la culture électorale et le peu d’implication des intellectuels sur la scène politique. Sur la question de l’inscription des éléments des corps constitués et l’inscription des personnes mortes sur les listes électorales, l’interlocuteur a indiqué que sa fonction en tant que président de l’HIISE lui impose un droit de réserve, préférant parler de manque de conscience chez quelques citoyens. « Ce problème est d’une ampleur grave et se pose avec acuité dans quelques régions éloignées du pays, saviez-vous que dans des régions éloignées du pays, il y a des citoyens qui n’inscrivent même pas leurs décès dans les mairies et restent des années à être considérés comme des vivants » affirme-t-il. Derbal, durant une conférence qu’il a donné hier sur le thème de : « la transparence des élections et l’exigence de répandre la culture électorale », hier, au Conseil de la nation, a insisté que l’intérêt suprême du pays dicte aux citoyens d’aller voter. Durant son plaidoyer en faveur de l’organisation qu’il préside devant un parterre composé du président du Conseil de la nation, des membres du Parlement et des ministres, Derbal a affirmé que le citoyen est l’élément pivot et la première préoccupation de l’HIISE, à qui cette instance aspire à garantir un climat nécessaire pour lui faciliter d’accomplir son devoir électoral et pour exprimer sa voix dans le respect total et en mesure de ce que lui permet la loi. Dans son intervention, Derbal a énuméré une liste de preuves qui soulignent le caractère indépendant de son organisme. Dans la foulée, Derbal a démontré que l’indépendance administrative et financière dont jouit l’ HIISE, ainsi que son caractère comme une instance permanente chargée de superviser toutes les élections et les référendums dans le pays et sa dotation d’une loi organique issue de la dernière constitution lui jettent plus d’authenticité aux yeux des citoyens pour aller au vote. « Pour la première fois dans l’histoire du législateur algérien, un organisme pour la surveillance des élections est doté d’une loi organique consacrée à l’issue de la derniere Constitution adoptée par le pays. Organiser les élections avec l’existence de cette instance constitue une base pour construire un nouveau processus électoral à même d’instaurer un climat politique stable et facteur pour le développement durable » note Derbal. L’interlocuteur a reconnu que garantir la transparence des prochaines élections n’est pas la seule mission de l’instance, mais la mission de tout les intervenants dans ces joutes électorales, appelant tous les acteurs et partis politiques pour y adhérer en présentant des « programmes politiques précis, opérationnels et réalisables sur le terrain loin de toute utopie et généralité ». Il a reconnu que les changements auteurs de nous nous imposent aujourd’hui de commencer à changer par nous-mêmes avant que le changement soit imposé sur nous. Ces changements et réformes doivent être graduels, sinon appliquer des réformes en une seule fois en ignorant la réalité sociale, culturelle et économique pourrait mener à l’inverse et nuire à l’intérêt de la nation.
Hamid Mecheri

Related posts

CONTRIBUTION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE : Partie intégrante du processus en cours de l’Algérie nouvelle

courrier

TRAHIE PAR LA MAUVAISE QUALITÉ DE SON RÉSEAU D’ASSAINISSEMENT : Les intempéries causent de gros dégâts à la ville d’Oran

courrier

IL CIBLE L’OPPOSITION, LE GOUVERNEMENT ET LA PRESSE : Frustré par l’échec de son initiative, Makri déchaîne sa colère

courrier

Enlèvement, viol et meurtre de la petite Salsabil : Appels favorables au retour de la peine de mort sur les réseaux sociaux

courrier

Réchauffement climatique : l’Algérie des plus vulnérables, selon Mme Lakhdari

courrier

TOUT EN ASSURANT DE LA DISPONIBILITÉ DES LITS D’HOSPITALISATION : Benbouzid écarte le durcissement du dispositif anti-Covid-19

courrier