El-Othmani

LE GOUVERNEMENT MAROCAIN DE L’ISLAMISTE EL-OTHMANI : Une fin de mission imminente

Le chef du gouvernement marocain, Saâdeddine el-Othmani, est en train de nager dans un océan de contradictions.

La cohabitation qu’il voulait exploiter pour emmener le palais royal à adhérer à ses thèses semble voler en éclats depuis la normalisation des relations de son pays avec l’Entité sioniste. Le journaliste marocain en exil, Ali Lamrabet, a indiqué, dans un article publié sur le média en ligne, qu’El-othmani se livre, depuis l’annonce de la visite du chef de la diplomatie israélienne a un véritable exercice de funambule pour ne pas froisser les donneurs d’ordres du palais et pour ne pas se mettre sur le dos les soutiens à la cause palestinienne, aussi bien au Maroc qu’ailleurs.
En refusant de recevoir Yaïr Lapid,  El-othmani donne la preuve qu’en avalisant les accords de normalisation avec Israël, il n’avait fait qu’obtempérer à un ordre venu des véritables détenteurs du pouvoir au Maroc. Aujourd’hui, son parti, le PJD (parti justice et développement), trainera comme un boulet l’acte de normalisation que son parlement a débattu et que son chef du gouvernement a béni en signant l’acte de soumission à l’État hébreu.
Le Maroc donne aujourd’hui l’image d’un pays géré par un système bicéphale: un gouvernement issu de la volonté des décideurs et un palais royal qui détient, au nom des intérêts suprêmes du pays, le véritable pouvoir.
Dans son article, Ali Lamrabet apporte les preuves de la duplicité du chef du gouvernement marocain en affirmant que « le refus d’El-Othmani de recevoir Lapid signifie-t-il que cette  la mobilisation (derrière le commandeur des croyants ndlr),  n’est plus à l’ordre du jour ? Si le chef du gouvernement marocain soutient la lutte  des Palestiniens et le fait toujours savoir à coup de communiqués, il n’a pas la force de faire taire la voix officielle israélienne au Maroc, en l’occurrence le chef du bureau de liaison israélien à Rabat, David Govrin  qui dit tout le mal qu’il pense des Palestiniens et de leurs soutiens au Maroc.
Au lieu de le rappeler, El-Othmani préfère se taire, conscient qu’il ne serait pas soutenu  par les vrais détenteurs du pouvoir, le palais royal ». Partant des principes fondateurs du PJD, sa cohabitation avec les détenteurs du véritable pouvoir au Maroc semble vouée à l’échec. Mais El-othmani, en fin calculateur, tente de l’entretenir au prix de mille et un reniements. Sa base s’est considérablement affaiblie depuis la signature des accords de normalisation des relations diplomatiques avec l’État hébreux et la vague de répression menée par son ministre de l’Intérieur contre tous ceux qui ont dénoncé cette initiative du Makhzen et le palais royal.
Il y a lieu de rappeler également que le gouvernement islamiste, qui part du principe de la « Real politik » pour justifier son soutien au rapprochement avec Tel Aviv, semble également pris dans le caniveau de la politique d’occupation du Sahara occidental et des nombreuses réactions hostiles qu’elle soulève à travers le monde. Il n’est pas exclu de voir M6 prononcer, dans les prochains jours, la dissolution du parlement et actionner le clap de fin de mission pour El-othmani qui a été utilisé pour la sale besogne et qui se verra jeté comme une vulgaire chaussette trouée.
Slimane B.