RASD

Le diplomate sahraoui M.Ammar auprès de l’ONU avertit Rabat : «Le Front Polisario n’acceptera pas le fait accompli du Maroc dans les territoires occupés»

Dans une lettre envoyée au secrétaire général des Nations unies (ONU) Antonio Guteress, le représentant du Front Polisario auprès de l’institution onusienne, Mohamed Ammar a rapporté un démenti cinglant aux contenus du message du délégué du royaume chérifien auprès de l’ONU, qui a évoqué les élections générales du Maroc, en incluant les territoires sahraouis, sous occupation, en violation du Droit international.

Le responsable sahraoui affirme dans sa lettre que Rabat «vise «à imposer la politique du fait accompli» au Sahara occidental, dernière question de décolonisation en Afrique inscrite à l’ONU et l’Union africaine(UA).
Le représentant du Front Polisario à l’ONU, responsable de la coordination avec la mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso), Sidi Mohammed Ammar, affirme, que «comme à l’accoutumée, l’État d’occupation marocaine a employé en vue de mettre en œuvre sa mascarade électorale dans les territoires occupées du Sahara occidental de grands nombres de colons marocains» qui se sont déplacés, poursuit-il « illégalement dans le territoire sahraoui depuis le début de l’occupation le 31 octobre 1975 », ce qui est une violation flagrante, rappelle le SG de l’ONU «des règles élémentaires du Droit humanitaire international et des décisions y afférentes des Nations unies» précise le coordinateur du Front Polisario avec la Minurso. Estimant que « le taux de participation élevé mentionné dans ladite lettre du representant de l’occupant marocain à l’ONU, « sont de pures affabulations et un écran de fumée» dans l’intention, poursuit le responsable sahraoui «de dissimuler la forte abstention du peuple sahraoui dans les villes occupées du Sahara occidental ». Soulignant dans sa lettre que « les autorités d’occupation marocaines ont annoncé plus de 9000 bulletins nuls dans la ville de Laâyoune », il informe le SG de l’Onu, que ces bulletins nuls « portent les mentions Oui pour l’Indépendance. Vive la République sahraouie». Il faut dire que c’est une des nouvelles manières à laquelle ont recouru les Sahraouis des territoires occupés, dans le sillage de leur lutte et mobilisation contre l’occupant marocain, en qui son armée est stationnée tout au long du mur de la honte séparant le territoire du Sahara occidental peine à être à l’abri des frappes de l’armée de libération du peuple sahraoui. Le diplomate sahraoui s’est dit « vivement étonné » de voir que le Maroc avance, que les Sahraouis dans les villes occupées du Sahara occidental « soutiennent les politiques d’un système expansionniste ». Pour le représentant du Front Polisario auprès de l’ONU, Rabat devrait alors s’interroger sur les raisons et les causes à l’origine de son refus de se plier au Droit international au Sahara occidental, lequel droit stipule la tenue du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui sous la supervision des Nations unies, que « l’occupant marocain a approuvé officiellement et s’est engagé même à en respecter l’issue » en 1991, et qu’il a par la suite renié. Pour le diplomate
«  l’Etat d’occupation marocaine est non seulement connu pour sa nature non-démocratique et despotique », mais aussi, affirme le responsable sahraoui « pour son refus continu d’assumer ses engagements et devoirs internationaux ». Le représentant du Front Polisario à l’ONU a affirmé que le peuple sahraoui « demeure encore privé de ses droits fondamentaux », notamment, précise-t-il «  son droit imprescriptible à l’autodétermination et à l’indépendance » rappelle le diplomate Mohamed Ammar, la communauté internationale. Avertissant dans sa lettre que l’immobilisme des Nations unies et la communauté internationale , à faire valoir la force du Droit international, au Sahara occidental, dernière question de décolonisation en Afrique, « n’encourage pas seulement l’État colonial marocain à poursuivre impunément ses tentatives d’imposer son occupation illégale par la force de parties du Sahara occidental » mais expose, affirme-t-il «  au danger la paix et la stabilité dans toute la région » a averti le diplomate sahraoui. Il a appelé, dans sa lettre à l’adresse du SG de l’ONU «  les Nations unies et la communauté internationale à mettre en œuvre leur engagement annoncé à maintes reprises, quant à une solution pacifique, juste et durable au Sahara occidental », et à prendre, a-t-il ajouté «  des mesures concrètes en vue de permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit imprescriptible à l’autodétermination et à l’indépendance, en toute liberté et démocratie ». Au final et après avoir réitéré l’engagement du Front Polisario quant à une solution pacifique, à même de mettre fin à la colonisation au Sahara occidental, le diplomate a affirmé que « le Front Polisario n’acceptera jamais le fait accompli que l’Etat d’occupation tente d’imposer par la force dans les villes occupées du Sahara occidental » et qu’il poursuivra, sa lutte « par tous les moyens légitimes, en vue de défendre les droits sacrés du peuple sahraoui et ses aspirations nationales à la liberté et à l’indépendance ».
Karima Bennour