Casbah

L’association «Sauvons la Casbah» : Les artisans lauréats du prix «Patrimoine» honorés au Bastion 23

L’association «Sauvons la Casbah» a décerné, samedi, au Bastion 23 (Alger), les prix de la 3e édition du concours «Patrimoine» réservé aux artisans algérois exerçant leur métier à leur domicile. Organisée à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la Casbah, coïncidant avec le 23 février de chaque année, l’association «Sauvons la Casbah» a honoré, lors de la cérémonie de remise des prix, les trois premiers lauréats du concours «Patrimoine», et décerné des titres honorifiques à l’ensemble des participants au nombre de 32, parmi ceux qui ont innové dans les domaines de la couture, de la fabrication de couffins, de la calligraphie, des miniatures, de la décoration, du dessin sur verre, de la fabrication des huiles aromatisées et autres types d’art reflétant le patrimoine de la vieille Casbah. Le but étant de valoriser, d’encourager et d’accompagner les artisans, ainsi que de faire connaître et sauvegarder le patrimoine original algérois. Le premier prix d’une valeur de 200 000 DA est revenu à l’artisane Khiar Rafika, pour son œuvre d’art en mosaïque, fruit de techniques très développées, suivie de Mme. Ben Gattou Anissa (75 ans), auteure d’un travail artistique réunissant céramique et décoration (150 000 DA). Le 3e prix est revenu à la couturière Douadi Zahra. Dans une déclaration à l’APS, la présidente du Jury, Mme. Aïcha Aziza Amamra a précisé que cette édition visait la sauvegarde des métiers manuels exercés par les artisans à leur domicile, mettant en avant l’impératif «d’ouvrir des espaces de vente et d’achat de produits artisanaux dans les vieux quartiers de la Casbah afin de mettre sous les projecteurs les talents de nos artistes». Le siège de l’association «Sauvons la Casbah», à Bab Jedid a organisé, du 19 au 21 février courant, une exposition de vente de livres et une présentation pour les différents produits artistiques.

Ooredoo félicite les escrimeurs algériens pour leurs brillants résultats au Championnat d’Afrique
Ooredoo, Sponsor Officiel de la Fédération Algérienne d’Escrime (FAE) et de l’Équipe Nationale, présente ses chaleureuses félicitations aux escrimeurs algériens suite à leurs brillants résultats obtenus lors du Championnat d’Afrique d’Escrime qui s’est déroulé du 17 au 22 février 2019 à Alger. Organisée par la Confédération Africaine d’Escrime, cette compétition a rassemblé les escrimeurs (minimes, cadets et juniors), des catégories Fleuret, Sabre et Epée, représentants plusieurs pays du continent Africain. Les deux sélections nationales, féminine et masculine, ont brillé lors de de cette compétition régionale en remportant un total de 14 médailles, à savoir : cinq médailles d’or dans les spécialités Sabre et Fleuret, cinq médailles d’argent dans les spécialités Fleuret, Sabre et Epée, et quatre médailles de bronze dans les spécialités Fleuret, Sabre et Epée. Ce qui a permis à l’Algérie de se classer en deuxième position par équipe. Tout au long de cette compétition africaine d’Escrime, Ooredoo a apporté son soutien en encourageant les escrimeurs algériens, à travers, notamment la présence du représentant de Ooredoo, M. Ramdane Djezaïri, Directeur Opérationnel chargé des Relations Publiques et Médias.
Par sa présence à cet évènement, Ooredoo confirme son soutien au Sport national dans les grandes manifestations sportives continentales.

L’Arabie saoudite nomme une femme ambassadrice aux États-Unis
L’Arabie saoudite a nommé samedi, pour la première fois une femme au poste d’ambassadrice aux États-Unis, alors que les relations entre les deux alliés ont été mises à mal ces derniers mois par l’affaire Khashoggi, journaliste saoudien tué en Turquie. La princesse Rima bint Bandar va remplacer à Washington le prince Khaled ben Salmane, frère cadet du puissant prince héritier Mohammed ben Salmane, nommé ministre adjoint de la Défense. Elle sera la première femme à occuper ce poste-clé au sein de la diplomatie saoudienne. La princesse Rima est la fille du prince Bandar ben Sultan, qui fut ambassadeur aux États-Unis de 1983 à 2005. Elle a été pratiquement élevée aux États-Unis et elle est l’une des rares princesses impliquées dans la vie publique. Considérée comme une avocate des droits des femmes, elle a, notamment fait campagne pour une participation accrue de ces dernières dans le sport saoudien. Dans le même temps, son pays fait toutefois face à de nombreuses critiques de défenseurs des droits humains en raison de la détention jugée arbitraire d’une dizaine d’activistes des droits des femmes et d’accusation de mauvais traitements et de tortures qu’elles auraient subis. « La princesse Rima sera la première ambassadrice de l’histoire saoudienne », a tweeté le fondateur de l’Arabia Foundation, un think-tank pro-saoudien, Ali Shihabi, estimant qu’il s’agit d’un « signal fort pour l’intégration des femmes dans le gouvernement et la force de travail » du royaume ultraconservateur. Sa nomination intervient, alors que l’image des dirigeants saoudiens a été profondément ternie par l’assassinat par un commando venu de Ryad du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en octobre dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. L’affaire embarrasse l’administration américaine de Donald Trump, soucieuse de préserver son alliance stratégique avec le royaume.
Le Sénat américain a de son côté jugé que Mohammed ben Salmane, alias « MBS », était « responsable » du meurtre de Khashoggi, qui collaborait, notamment avec le Washington Post. L’Arabie saoudite a toujours nié l’implication de son prince héritier, mettant en cause des responsables moins haut placés, présentés comme des éléments « incontrôlés » et actuellement devant la justice saoudienne. Une autre résolution adoptée par les sénateurs américains en décembre appelait le président Donald Trump à « retirer les forces armées américaines des hostilités au Yémen ou affectant le Yémen, sauf les forces américaines engagées dans des opérations visant Al-Qaïda ou des forces associées ».

Australie : un homme arrêté pour cruauté envers les animaux
Les autorités australiennes ont procédé samedi, à l’arrestation d’un homme pour cruauté envers les animaux, dans la région de Goondiwindi, dans le Queensland (nord-est de l’Australie). L’homme de 21 ans de Daymar, une localité de la région de Goondiwindi, a été inculpé de cruauté envers les animaux après avoir publié une vidéo de sa torture d’un opossum sur les réseaux sociaux. Sur la vidéo, on voit l’homme en train de serrer la nuque de l’animal avant de le poser sur une barricade en béton au milieu de la rue et de le frapper brutalement sur la gorge à plusieurs reprises. À la fin, l’homme a jeté le petit animal au milieu de la route. Selon la police, l’incident s’est produit le 3 février.

Quatre morts et 19 blessés dans des accidents de la route en 24 heures
Quatre personnes ont trouvé la mort et 19 autres ont été blessées dans 4 accidents de la route survenus ces dernières 24 heures dans des wilayas du pays, indique dimanche un bilan de la Protection civile. Le bilan le plus lourd à été enregistré au niveau de la wilaya de Biskra avec 2 personnes décédées suite a une collision entre 2 véhicules légers, survenue sur la RN 83, commune d’Ain Naga, précise la même source.
Par ailleurs, trois personnes sont décédées à M’Sila intoxiquées par le monoxyde de carbone émanant d’un chauffage, dans une habitation au centre ville de la commune de Tamsa », ajoute-t-on, relevant que les secours de la Protection civile sont intervenus pour prodiguer des soins de première urgence à 12 personnes incommodées suite à l’inhalation du monoxyde de carbone émanant des appareils de chauffage et chauffes bain à travers les wilayas de Tizi Ouzou, Laghouat et Annaba.