Chomeurs en Algérie

L’ALLOCATION CHÔMAGE FIXÉE À 13 000 DA : Voici les conditions d’octroi

La loi de Finance 2022, dans son article 189, prévoit l’institution d’une allocation chômage au profit des chômeurs demandeurs d’emploi  pour les inscrits auprès des services de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM). Le sénateur Abdelwahab Ben- zaim a révélé, sur sa page Facebook, que le montant de l’allocation est fixée à 13 000 DA pour l’ensemble des chômeurs à travers le pays, répondant, selon lui, à 13 conditions retenues, dont être âgé de 19 à 40 ans.
Le sénateur Benzaïm qui n’ a pas manqué d’avertir sur les fausses déclarations des demandeurs de l’allocation chômage qui est fixé à 13 000 DA sur l’ensemble du pays, indiquant que « tout bénéficiaire qui fait de fausses déclarations sera contraint de rembourser les montants de l’allocation obtenus de manière frauduleuse ». Il a indiqué par ailleurs, que le décret exécutif portant sur les conditions d’octroi de l’allocation chômage ainsi que les catégories bénéficiaires « sera présenté incessamment au Premier ministre pour une révision définitive et approbation », indique le sénateur Abdelwahab Benzaïm. Concernant les conditions pour prétendre à l’obtention de l’allocation chômage, pour laquelle, a indiqué le sénateur « une somme de 152 milliards de dinars a été dégagé dans la LF2022, sur instruction du président de la République ». Le sénateur a indiqué qu’il est question de 13 conditions pour pouvoir bénéficier de l’allocation chômage. Être inscrit à l’Anem, seront concernés ceux âgés de 19 à 40 ans, à accepter l’offre d’emploi que lui propose l’Anem et en cas de refus à deux reprises, il sera rayé de la liste des bénéficiaires, accepter les stages de formation pour l’amélioration de ses compétences. Aussi dès l’obtention d’un poste d’emploi dans le secteur privé ou public, il sera procéder à la cessation de versement de l’allocation chômage, le bénéficiaire recevra son allocation durant six mois, renouvelable une seule fois pour une autre période de six mois. Il est à rappeler que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait donné, septembre dernier, lors du Conseil des ministres, des instructions pour la mise en place d’un système efficace de contrôle du fichier national des chômeurs afin d’assurer une distribution transparente et correcte de ladite allocation. Le président Tebboune avait également exhorté à « définir les mécanismes juridiques de sanction pour toute fraude pour bénéficier de cette subvention, y compris la poursuite pénale ».
K. B.