13.9 C
Alger
26 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

Lait : la fin de la crise ?

Les ministères du Commerce et de l’Agriculture et du Développement rural ont publié recemment une instruction pour organiser et encadrer la production et la commercialisation du lait pasteurisé en sachet, par un meilleur contrôle de la transformation de la poudre de lait subventionnée et ainsi à l’encouragement de la production nationale, a annoncé le ministre du Commerce, Mustapha Benbada.

Publiée, le 5 mars, dans le cadre de l’accompagnement du secteur de l’agriculture dans l’organisation de la filière du lait, l’instruction vise à faciliter les opérations de contrôle pour que ce produit ne soit pas détourné de sa finalité, à savoir la production de lait en sachet administré depuis 2001 à 25 DA, a précisé le ministre dans une déclaration à l’APS. Le marché algérien a connu, ces derniers mois, des perturbations dans la distribution de ce produit de large consommation, ce qui a amené le ministère du Commerce à diligenter une enquête pour déterminer les véritables «raisons» à l’origine de ces perturbations. L’enquête a montré que la pression sur le lait en sachet subventionné était due au recours d’un grand nombre de consommateurs à ce type de lait, suite à la hausse des prix des autres types de lait non subventionnés qu’ils consommaient d’habitude. Le ministre a tenu à souligner que le rôle du ministère du Commerce consiste essentiellement à contrôler le marché du lait, quant à la quantité et la qualité de cette denrée et au respect des prix administrés, conformément aux textes réglementaires régissant l’opération, alors que celui du ministère de l’Agriculture consiste à assurer la production et sa disponibilité sur le marché. La décision ministérielle exige des laiteries la tenue de trois registres pour suivre le mouvement des stocks de lait. Il s’agit d’un registre pour les quantités de lait cru et de lait subventionné qui entrent et qui sortent, d’un registre pour les quantités de poudre de lait provenant de l’Office national interprofessionnel du lait (Onil) et la vente du lait produit à partir de cette poudre, et d’un troisième registre pour les quantités de poudre de lait acquises en dehors de la part assurée par l’Onil. L’instruction exige aussi la différenciation des emballages des différents types de lait pour permettre aux consommateurs de les reconnaître aisément et aux agents chargés du contrôle de distinguer les prix libres et les prix administrés. Le ministre du Commerce y voit une mesure incitant les producteurs de lait de vache à mettre en évidence les différents types de lait qu’ils produisent (entier, demi-écrémé, écrémé).
Pour Benbada, l’Algérie a aujourd’hui l’opportunité de «développer la filière du lait cru dans le contexte de la hausse des prix de la matière première sur le marché international». L’instruction interministérielle entrera en vigueur le 1er juin.
Rafik Bakhtini et APS

Related posts

RECOURS À L’IMPORTATION DE LA POMME DE TERRE : L’objectif de la stabilisation des prix bute sur un échec

courrier

Libye : l’absence de l’état profite au terrorisme

courrier

Lutte contre le financement du terrorisme : Alger plaide une stratégie africaine cohérente

courrier

Sellal à Ghardaïa : «les lois de la République s’appliqueront avec rigueur»

courrier

USAGE EXCESSIF DES ANTIBIOTIQUES : Les médecins mettent en garde

courrier

À LA VEILLE DU SOMMET DE L’OPEP : Le baril poursuit sa reprise en hausse

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.