medicaments

La directrice de l’ANPP assure que les programmes d’importation de médicaments considérés «essentiels» ont été signés dans les temps : La fable des ruptures de stocks tire-t-elle à sa fin ?

Prouvant qu’il a toujours gardé sa capacité de créer une dynamique positive au sein de son ministère et de son cabinet, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, n’a pas tardé de réagir et démarrer son plan « premiers soins », pour faire face au retour du phénomène des ruptures de stocks qui touchent actuellement le marché des médicaments. Ainsi, cet homme, qui connaît très bien l’intérieur du système de la santé, -au regard de son CV-, « a donné des « instructions fermes » pour que soit assurée une bonne exécution des programmes d’importation des médicaments afin de garantir leur disponibilité ». C’est ce qu’a affirmé hier la directrice de l’Agence nationale des produits pharmaceutiques au ministère de la santé, Ouatfa Benayad chérif, lors de son passage dans la matinée d’hier, à l’émission l’invité de la rédaction de la radio nationale.Rassurante, l’invitée de ce mardi matin, a précisé que « la liste des médicaments classés essentiels sera remise aujourd’hui, (Hier, ndlr), aux opérateurs pour pallier, dans un premier temps, aux ruptures de stocks pouvant avoir un impact sur la santé publique et sur les citoyens ». Donc selon les explications qu’elle fournit, « les prochains programmes d’importation sont fin prêts et ont été finalisés en fonction des quantités nécessaires pouvant couvrir, le plus tôt possible, les besoins du marché des médicaments ».
Dans ce sillage, elle indique que « des réunions ont été d’ores et déjà, organisées, à savoir 3 réunions durant le mois de septembre dernier, par les membres de la cellule de veille ayant été réactivée au mois d’août 2018, qui ont été chargés de fournir les recommandations nécessaires pour faire face à l’épuisement des stocks de médicaments ».Plus explicite, elle indique que « le Comité de concertation, de cette cellule de veille, a regroupé l’ensemble des opérateurs de la filière pharmaceutique, pour soigneusement étudier les produits déclarés et classés essentiels ». Au menu des travaux accomplis, l’équipe de la cellule de veille, a inspecté les 3 paramètres fondamentaux à savoir : la liste des médicaments à emporter en urgence établie sur la base de la prévalence des pathologies, les récents chiffres de naissance, et ceux liés aux maladies à risques». Au passage, elle souligne qu’ « un examen approfondi de la liste des médicaments déclarés en situation de rupture, a permis de conclure qu’il s‘agissait seulement de certaines marques particulières qui manquaient sur les rayons des pharmacies et non pas celles dont les molécules étaient proposées sous une autre désignation ».
Pour éviter une surfacturation, madame Ouatfa Benayad chérif, a indiqué que « la liste des médicaments à importer à été définie après avoir vérifié l’état des stocks et la capacité de production des producteurs nationaux ».
Mohamed Amrouni