Larbi Ben M'hidi sur Larbi Ben M'hidi

La controverse sur le film de Bachir Derrais sur la vie de Larbi Ben M’hidi : Les réserves du ministère des Moudjahidine et du scénariste

Bloqué depuis plusieurs semaines, le film sur le parcours militant de Larbi Ben M’hidi attise les débats et alimente les polémiques.

Censuré, réellement ? Pas autant que cela, dit une source au ministère des Moudjahidine, qui, après avoir visionné le film, a émis quelques réserves, sans pour autant demander la censure du film. Il faut savoir d’abord, dit notre source, que le ministère des Moudjahidine est réellement «responsable moral, en sa qualité de Mémoire de la Révolution, puisque un des deux principaux financiers du projet, l’autre partie étant le ministère de la Communication, et de ce fait, il a le devoir de veiller à la réalisation d’un produit de qualité, qui soit conforme aux réalités des faits, à l’Histoire et à l’objectif recherché par le ministère». Selon notre source, «ces objectifs ont été écornés après visionnage du film».
Selon la même source, le film pêche par «manque de consistance», en ce sens où «au lieu de se concentrer sur l’action révolutionnaire de Larbi Ben M’hidi, le réalisateur a focalisé sur les divergences politiques, faisant ressortir l’image d’un FLN dont les leaders s’entredéchiraient à belles dents ». De plus, « plus de vingt scènes ont été soulignées comme litigieuses et devant être revues puisque ne correspondant pas aux faits historiques, ou parce que prêtant à équivoque ou à interprétation par trop expansive ». En conséquence, « il n’y a pas lieu de parler de censure, mais plutôt de correctifs à apporter à un film que le ministère des Moudjahidine a lui-même financé à une hauteur appréciable».
Selon notre source, même le scénariste initial du film, en l’occurrence Mourad Bourboune, s’est «totalement démarqué» du film «ne reconnaissant pas dans les scènes le script qu’il avait lui-même pourtant écrit». À ce propos, selon notre confrère TSA, dans un entretien avec le réalisateur, Bachir Derrais, celui-ci reconnaît que le scénario du film a été revu et augmenté par un autre scénariste, Abdelkrim Bahloul : «Boureboune a écrit un texte de 40 pages, repris par Bahloul pour le scénariser. Il a écrit un scénario de 120 pages. Dans un premier temps, Olivier Gorce (scénariste français) a développé le texte de Boureboune, mais la version finale, celle que nous avons tournée, est celle de Bahloul».

Bachir Derrais s’en réfère aux clauses
«De toutes les façons, dans le contrat que j’ai avec Mourad Bourboune, il est mentionné que le producteur peut solliciter un ou plusieurs scénaristes. Bahloul a rencontré plusieurs personnes, dont la sœur de Ben M’hidi, avant de finaliser son scénario. Nous avons reçu une aide pour développer le scénario qui a été versée à Bahloul. Donc, Bourboune est l’auteur du texte, Bahloul du scénario». Toutefois, d’après nos informations, Bahloul est en contact avec le ministère des Moudjahidine pour un visionnage complet du film, et s’il ne correspond pas à ce qu’il a écrit, dans ce cas, il dit qu’il retirerait son nom du générique.
I.M. Amine