Italian police stand next to what they say is a masterpiece by Austrian artist Gustav Klimt that was stolen in 1997 and was found hidden in an outside wall of an Italian gallery, in Piazcenza

Italie : Le tableau retrouvé par hasard est authentifié comme un Klimt

Alors que des travailleurs effectuaient des travaux de désherbage, l’œuvre a été découverte derrière une couche de lierre couvrant le mur extérieur de la galerie où la toile avait été dérobée en 1997.

C’est maintenant certain. La toile, cachée dans un mur de la galerie où il avait disparu en Émilie-Romagne, est bel et bien un tableau de Gustav Klimt volé en 1997. «C’est avec une grande émotion que je peux vous dire que le tableau retrouvé est authentique», a expliqué vendredi Ornella Chicca, magistrate en charge de l’enquête, dans des propos rapportés par l’AFP.
Le tableau, portrait d’une jeune femme réalisé en 1917 par le peintre symboliste, a été retrouvé en décembre alors que des travailleurs réalisaient des travaux de désherbage sur les murs extérieurs de la galerie Ricci Oddi à Plaisance. En se débarrassant du lierre, ils sont tombés sur une petite trappe à l’intérieur de laquelle ils ont trouvé un sac-poubelle contenant l’œuvre.
L’enquête qui va se poursuivre va devoir déterminer «depuis combien de temps le tableau se trouvait là», a précisé Ornella Chicca. «Pour le moment, nous ne pouvons pas savoir s’il a été là pendant tout ce temps», a précisé la magistrate. Depuis sa fortuite découverte, la peinture a fait l’objet d’une méticuleuse enquête technico-scientifique de la part de trois spécialistes désignés par la justice: Guido Cauzzi, Anna Selleri et Claudia Collina. L’expert Guido Cauzzi a notamment pris des photographies de fluorescence et de lumière rasante sur l’oeuvre, en les comparant à des examens effectués en 1996. «La correspondance entre les images a permis de vérifier qu’il s’agit bien du tableau original, a-t-il assuré à la presse. L’état de conservation est relativement bon. Il a subi quelques épreuves mais ne nécessite qu’un entretien de routine, rien de particulièrement compliqué.» Anna Selleri a quant à elle examiné la toile, le cadre, les tampons situés au dos, les sceaux et des étiquettes et, selon elle, tous apparaissent comme étant des authentiques.
Selon la police, les voleurs auraient utilisé une ligne de pêche pour décrocher le chef-d’œuvre du mur et le hisser hors de la galerie à travers une fenêtre du toit en verre, où ils ont abandonné le cadre. Une contrefaçon, envoyée par la poste à un homme politique déchu, avait été saisie par les autorités un mois après le vol, ajoutant au mystère de la disparition.

Un «double» Klimt
Au moment de la découverte, l’adjoint à la Culture de Plaisance s’était dit extrêmement surpris d’apprendre que la toile était dissimulée dans les murs de la galerie, précisant que le bâtiment avait été fouillé au peigne fin après le vol. «Le tableau est dans un excellent état. C’est étrange de penser qu’il a été caché dans un mur, près du sol derrière la végétation pendant 22 ans», avait ajouté Jonathan Papamarengh.
Selon lui, le tableau de Klimt est la deuxième œuvre d’art disparue la plus cotée du marché après le Caravage volé dans une église sicilienne en 1969.
Avant sa disparition, un étudiant en art s’est rendu compte que le tableau de Klimt avait été réalisé sur une autre œuvre qu’on croyait disparue – le portrait d’une jeune femme, dont on n’avait plus eu de nouvelles depuis 1912 -, devenant le seul «double Klimt» connu du monde de l’art.