M'bolhi

Ils ont brillé en ouverture du championnat saoudien : M’bolhi et Doukha arrivent en stage des Verts en pleine forme

Les deux portiers algériens, rappelés par Djamel Belmadi, en l’occurrence M’bolhi et Doukha, arrivent en pleine forme en sélection à l’occasion du stage qui débute le 3 de ce mois et ce, en prévision du match en déplacement contre le Gambie le 8 septembre. En effet, les deux portiers se sont illustrés de fort belle manière vendredi en ouverture du championnat saoudien où ils évoluent depuis la saison passée. Le hasard a voulu toutefois que les deux gardiens s’affrontent pour l’occasion lors du match de leur équipe respectif, Al Ittifak et Al Raed. Tous ceux qui ont suivi la partie sont unanimes à nommer les deux derniers remparts algériens comme étant les meilleurs du match qui s’est soldé par un nul 1-1, au vu des nombreuses interventions réussies qui ont évité à leurs coéquipiers la défaite. Voilà donc qui rassure l’entraineur national Belmadi et confirme la justesse de son choix, même s’ils sont nombreux aussi parmi les spécialistes, et même au sein de la vox populi qui continuent à s’interroger sur les raisons ayant poussé le driver national à ‘’imiter’’ ses prédécesseurs, et ce, en zappant à son tour le keeper de l’USMA, Lamine Zemamouche, considéré pourtant comme l’un des meilleurs gardiens, sinon le meilleur tout simplement du championnat algérien ces dernières années.
Pourtant, Belmadi a déclaré lors de sa première conférence de presse après la signature de son contrat, qu’il avait décidé de redistribuer les cartes et surtout ouvrir une nouvelle page avec tous les joueurs potentiellement sélectionnés. Cependant, force est de constater que Zemamouche, qui avait demandé du temps de l’entraîneur Gourcuff, de ne plus être convoqué pour protester contre ce qu’il avait qualifié à l’époque de concurrence déloyale, n’a pas bénéficié de la ‘’grâce’’ du successeur de Madjer.
Justement, cette attitude a courroucé au plus haut point Zemamouche qui est allé jusqu’à s’interroger, à l’issue du précédent match africain de son équipe, s’il devait attendre jusqu’à 40 ans pour avoir sa chance en équipe nationale.
H. S.