guitouni

Il a rencontré deux des hyperpuissantes « Sept sœurs » du cartel pétrolier : Guitouni courtise les P-dg de Chevron et d’ExxonMobil

Le pétrole c’est d’abord l’affaire des États-Unis. Tout le monde a appris la leçon, surtout l’Arabie saoudite, plus gros producteur et tête de pont du cartel de l’Opep, laquelle vient de donner son accord pour une hausse de la production pétrolière à la «demande» du président Trump.

L’occasion de se rapprocher de ces mêmes Américains semble avoir été bonne pour le ministre de l’Énergie, Mustapha Guitouni, qui a pris part à la 27ème Conférence mondiale du gaz, tenue récemment à Washington, qui a réuni les P-dg des grandes compagnies énergétiques mondiales, de hauts représentants gouvernementaux, des membres du Parlement américain (Congrès) et des décideurs politiques. C’est dans ce contexte que Guitouni, flanqué de l’ambassadeur d’Algérie aux États-Unis, Madjid Bouguerra, et du P-dg de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a rencontré avant-hier, les P-dg, respectivement, de Chevron, Mike Wirth, et d’ExxonMobil, Darren Woods, à la faveur d’une réception organisée au Département d’État américain. Guitouni a en outre rencontré le Secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, et le Secrétaire à l’Énergie, Rick Perry, avec lesquels il a abordé certains thèmes en rapport avec la Conférence sur le gaz ainsi que les relations dans le domaine énergétique. Les parties ont notamment parlé des perspectives d’affaires et d’investissement en faveur d’un partenariat entre Exxon Mobil et Sonatrach.
Devant ces hauts responsables américains, le ministre algérien de l’Énergie a appelé les entreprises américaines à saisir les opportunités d’investissement en Algérie et a mis en avant les perspectives prometteuses qui s’offrent aux investisseurs dans le domaine énergétique.
Guitouni a rappelé que l’Algérie est un pays émergent, en pleine croissance, offrant de nombreuses opportunités pour le doing business dans divers secteurs grâce aux réformes engagées par le président Bouteflika.
« L’attractivité du secteur des hydrocarbures algérien est réelle et les perspectives de rentabilité sont élevées », a ajouté le ministre. « Nous travaillons à rendre notre réglementation flexible de façon à encourager les investissements aussi bien dans l’amont que dans l’aval pétrolier et gazier sur la base du principe gagnant-gagnant. Les nouvelles conditions permettront d’encourager les investissements dans les énergies nouvelles, les énergies renouvelables ainsi que les hydrocarbures ».
Chevron et ExxonMobil font partie des anciennes « Sept sœurs », devenues les Majors pétrolières, lesquelles constituaient un regroupement de compagnies pétrolières qui ont constitué le plus puissant cartel mondial pétrolier depuis les années 1930, avec BP, Shell, Total, etc. Au gré de l’histoire récente, ce sont elles qui ont fait et défait les gouvernants et qui ont noué et dénoué l’Histoire.
I.M. Amine