Bensallah

GRAND MÉNAGE DANS 35 COURS ET LE CONSEIL D’ÉTAT : Des changements « clés » dans le secteur de la Justice

Le Chef de l’État, Abdelkader Bensalah, fait le ménage dans le secteur de la Justice. En effet, ce dernier a procédé à un mouvement, dans le corps des Procureurs généraux près 32 Cours de justice ainsi que dans le corps de Magistrature ayant touché 35 présidents de Cours de justice. Le chef de l’État, a également opéré un changement à la tête du Conseil d’État.

C’est ce qui a été annoncé par la présidence de la République par le biais de communiqués de presse distincts. Ainsi,  Abdelkader Bensalah a nommé Mme Farida Benyahia épouse Bouaroudj au poste de présidente du Conseil d’État. Par ailleurs, en lisant de plus près la liste des nouveaux présidents de Cours, on remarque des changements « clés » dans ce secteur qui a été ébranlé, depuis l’avènement du 22 février, par de nombreuses affaires de corruption. Ainsi, Boukhersa Youcef a été nommé président de la Cour de Tlemcen, tandis que Bâali Mohamed a été nommé à la même juridiction de Ghardaïa.
Kari Smaïl a été, quant à lui, nommé à la Cour de Tizi-Ouzou, Guerouabi Mohamed, à la Cour de Sétif et Chalabi Moncef, président de la Cour de Boumerdès. Pour ce qui est de la Cour de Tipasa, le communiqué a précisé que Bouderbala Mohamed a été nommé au poste de président, alors que Filali Bensakrane a été nommé à Annaba. Également, la même source a fait savoir que Chebira Mohamed Salah, a été désigné président de la Cour de Batna. Antar Menouar, président de la Cour d’Oran et Lalaoui Meftah, président de la Cour de Bordj Bou-Arreridj.
Des changements ont été également opérés dans les Cours de Saïda, Skikda, Sidi Bel-Abbès, Guelma, Médéa, Mostaganem, M’sila, Mascara, Ouargla, Tissemsilt, El Oued, Mila, Aïn Defla, Aïn Témouchent, Adrar, Chlef, Oum El Bouaghi, Biskra, Béchar, Blida, Bouira, Tébessa, Tiaret, Djelfa et Jijel. En ce qui concerne le mouvement dans le corps des Procureurs généraux, le communiqué a précisé qu’il concerne les Cours d’Alger, Chlef, Laghouat, Oum El Bouaghi, Batna, Bejaïa, Biskra, Béchar, Blida, Bouira, Tlemcen, Tiaret, Tizi-Ouzou, Jijel, Sétif, Saïda, Skikda, Annaba, Guelma, Constantine, Mostaganem, Mascara, Oran, Bordj Bou-Arreridj, Boumerdès, El Taref, Tissemsilt, Tipasa, Mila, Aïnd Defla, Ghardaïa et Relizane.
Ce n’est pas la première fois que le Chef de l’État procède à des changements dans ce secteur. D’ailleurs, celui-ci a nommé, 1er aout dernier, Belkacem Zaghmati au poste de ministre de la Justice, Garde des Sceaux. Ces changements ne peuvent passer inaperçus au moment où le débat enfle au sujet de la libération des détenus d’opinion du 22 février, sans oublier, la lutte contre le fléau de la corruption qui ronge les institutions de l’État.
Par conséquent, cette opération intervient dans un contexte « délicat » surtout que de nombreux anciens ministres et hommes d’affaires sont placés en détention provisoire. Ceci étant, l’un des slogans les plus répandus auprès du mouvement populaire et pacifique reste l’indépendance de la Justice.
Lamia Boufassa