Accueil À LA UNE FIBRE OPTIQUE : Ali Aoun « booste »la production locale

FIBRE OPTIQUE : Ali Aoun « booste »la production locale

0

Dans des déclarations hier à la Radio nationale, le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, a affirmé « l’accélération du processus d’augmentation de la production locale de fibre optique ».
Lundi dernier, lors de sa rencontre avec les responsables de l’entreprise publique relevant du groupe IMETAL, spécialisée dans la production de moyens de déploiement de la fibre optique, ainsi qu’avec d’autres producteurs privés, le ministre avait appelé ces derniers à « intensifier la production ». Et pour cause, selon Aoun, le secteur n’arrive pas à couvrir tous les besoins du secteur des télécommunications, ne produisant qu’environ 20 000 kilomètres de fibre optique ». Citant à cet égard les entreprises publiques de cette filière, « qui emploient 94 000 travailleurs », le ministre de l’Industrie a indiqué qu’elles avaient réalisé, en 2023, « un chiffre d’affaire de 500 mds DA », tandis que leurs exportations avaient atteint environ « 450 millions USD », un chiffre réalisé principalement par la société Algérian Qatari Steel.

« Les industries à fort potentiel commencent à donner leurs fruits »
Annonçant « l’élaboration d’une feuille de route pour le développement des filières industrielles à fort potentiel, notamment l’industrie de transformation, l’industrie mécanique, la sidérurgie, le textile et le cuir, ainsi que l’industrie pharmaceutique », Aoun a affirmé que ces industries « commencent à donner leurs fruits ».
S’agissant de la filière textile et cuirs, le ministre a précisé que cette industrie a « subi un coup dur par le passé, en raison de l’ouverture des importations au détriment du produit local », mettant en avant à ce propos les efforts consentis par le Groupe Textiles et Cuirs GETEX pour améliorer la qualité des produits. « Après trois (3) ans, cette industrie retrouvera sa place », a-t-il assuré, ajoutant que « SAIDAL assurait actuellement la production de certains produits au profit de producteurs privés ».

« Vers la restructuration du groupe Divindus »
Faisant savoir, en outre, que « le secteur sidérurgique a exporté pour un milliard USD, l’année passée », le ministre a également indiqué « qu’un nombre d’usines réalisaient des projets d’extension, à l’instar du groupe privé Tosyali, laquelle a entamé, cette semaine, la production du fer plat utilisé dans la production automobile et de l’électroménager ».
Par ailleurs, le ministère de l’Industrie a annoncé hier, dans un communiqué, « œuvrer à optimiser la gestion des zones industrielles au nombre de 120 zones », à travers « la restructuration du groupe Divindus, en créant des filiales, dont chacune sera chargée de gérer les zones industrielles dans tout le pays, à l’effet d’améliorer la gestion ».
Hamid Si Ahmed

Article précédentCARTE CHIFA : Jusqu’à 5 ans de prison contre les fraudeurs
Article suivant« Massacre à la tronçonneuse » : Cinquante ans et un succès toujours tranchant