Exposition sur l’Algérie du 20 janvier au 2 mai à Marseille

Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a pris part, hier, à Marseille (sud de la France) à la cérémonie d’ouverture de l’exposition «Made in Algeria, généalogie d’un territoire», organisée par le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MCEM), a-t-on appris auprès du ministère de la Culture. Cette première exposition dédiée à la cartographie sera ouverte au public du 20 janvier au 2 mai prochains, est organisée en collaboration avec l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et la Bibliothèque nationale de France (BNF) avec le soutien du ministère français de la Culture, annonce-t-on sur le site Internet du MuCEM. Elle mettra en avant «l’invention cartographique qui a accompagné la +conquête+ de l’Algérie et sa description», selon les termes des organisateurs. Près de 200 pièces provenant des plus grands musées français et étrangers ainsi que des créations contemporaines inédites seront montrées au public à cette occasion. Une série de cartes, dessins, peintures, photographies, films et documents historiques ainsi que des œuvres d’artistes contemporains sera présentée lors de cette exposition qui, précisent les organisateurs,»ne concerne pas la guerre d’Algérie».

HRW dénonce les entreprises activant dans la Cisjordanie occupée
Human Rights Watch (HRW) a dénoncé, hier, les entreprises implantées dans les colonies israéliennes de Cisjordanie occupée qui apportent leur contribution à une «violation» des droits des Palestiniens. Dans un rapport, cette ONG basée aux Etats-Unis critique la politique israélienne en Cisjordanie qui consiste à soutenir la colonisation et à «la confiscation illégale» de terres palestiniennes. Ce document critique les entreprises, y compris étrangères, liées aux colonies notamment dans les secteurs du ciment et de l’immobilier, car elles cautionnent «le traitement privilégié accordé aux colons pour pratiquement tous les aspects de la vie en Cisjordanie». «L’économie liée à la colonisation contribue à la politique de l’occupant qui dépossède et discrimine durement les Palestiniens tout en profitant du vol des terres palestiniennes et d’autres ressources», affirme Arvind Ganesan, un responsable de HRW.

7.200 bébés mort-nés dans le monde chaque jour
Quelque 2,6 millions de nourrissons nés sans vie ont été enregistrés l’an passé dans le monde, soit environ 7.200 mort-nés par jour, en dépit d’une baisse de 2% par an entre 2000 et 2015, selon une série d’études publiées hier. «Sur les 2,6 millions de mort-nés (au cours du dernier trimestre de grossesse ou après 28 semaines de gestation), la moitié se produit au cours de l’accouchement», souligne la revue médicale britannique The Lancet, qui présente les conclusions de cinq études menées par plus de 200 experts dans 43 pays. «L’idée qu’un enfant, vivant au début du travail, meurt au cours des heures suivantes pour des raisons complètement évitables devrait être considérée comme un scandale en matière de santé», estime Richard Horton, rédacteur en chef de The Lancet. Malgré les progrès réalisés, la baisse enregistrée entre 2000 et 2015 a été plus lente que celle du taux de mortalité maternelle (3% par an) ou celle des enfants de moins de cinq ans (4,5%), notent par ailleurs le professeur Joy Lawn et ses collègues de l’École de médecine tropicale et d’hygiène de Londres. D’après les données recueillies dans 18 pays, les anomalies congénitales n’expliquent que 7,4% des mort-nés.

Réunion de la coalition militaire anti-EI, aujourd’hui, à Paris
La coalition militaire conduite par les Etats-Unis va examiner, aujourd’hui, à Paris comment intensifier sa campagne contre le groupe terroriste autoproclamé «État islamique» (EI/Daech), qui recule en Irak et en Syrie mais conserve une puissante force de frappe et d’attraction. Les ministres de la Défense des sept pays les plus engagés dans la campagne aérienne en Irak et Syrie et la formation des forces irakiennes (Etats-Unis, France, Australie, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie et Pays-Bas) se réuniront avec leur homologue français Jean-Yves Le Drian. «Ils vont voir ce qui peut être nécessaire pour accélérer le tempo» de la campagne, a-t-on indiqué dans l’entourage de M. Le Drian en souhaitant que ce rendez-vous s’institutionnalise. Depuis les attentats de Paris en novembre 2015, les frappes aériennes de la coalition se sont intensifiées contre l’EI, notamment sur les sites d’hydrocarbures. «Cela porte déjà ses fruits: il y a des tensions au sein de l’organisation, des baisses de rémunération des combattants, des effets d’érosion de Daech», selon la même source, citée par l’AFP.