Affrontements entre manifestants et policiers à Seattle

États-Unis : Affrontements entre manifestants et policiers à Seattle

La police a fait usage samedi de grenades éblouissantes et de gaz au poivre contre les manifestants à Seattle, qui rejoint le mouvement initié à Portland contre le racisme et désormais le déploiement d’agents fédéraux ordonné par Donald Trump. En parallèle, des heurts entre manifestants et policiers ont de nouveau marqué la nuit de vendredi à samedi dans la ville de Portland, dans l’Oregon, théâtre depuis près de deux mois de ces rassemblements. Mais à Seattle, dans l’État de Washington, la nuit de samedi à dimanche a été particulièrement mouvementée, avec cette réplique policière à une tentative de manifestants de déclencher un incendie devant un centre de détention pour mineurs. Selon le Seattle Times, 16 personnes ont été interpellées. À Portland, épicentre de la protestation, des manifestants ont tenté de mettre à terre une barrière devant le tribunal fédéral, ont rapporté des médias. Les forces de l’ordre ont là aussi répliqué avec d’abondants tirs de gaz lacrymogène et dispersé la foule. Le mouvement dans cette ville du Nord-Ouest des États-Unis avait commencé, comme ailleurs dans le pays et dans le monde, après la mort fin mai d’un homme noir, George Floyd, sous le genou d’un policier blanc à Minneapolis. Il s’est amplifié lorsque sont arrivés mi-juillet des policiers fédéraux à Portland. Dans de nombreuses vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on voit ces agents, en tenue paramilitaire et sans badge visible d’identification, utiliser des véhicules banalisés pour interpeller des manifestants, attisant les braises de la contestation. Une enquête officielle a été ouverte jeudi par le ministère de la Justice sur l’action très controversée de policiers fédéraux sur place. Samedi, trois personnes ont été légèrement blessées par arme à feu en marge d’une manifestation antiraciste à Louisville, dans l’État du Kentucky, ont rapporté des médias américains. La police a toutefois évoqué des circonstances «accidentelles». À Portland, dans la nuit de vendredi à samedi, au-delà des tensions, les manifestants s’étaient aussi retrouvés dans une atmosphère bon enfant, jouant des percussions et tirant des feux d’artifice sous les applaudissements de la foule.