COA

En vue l’AG élective du COA : On parle déjà des candidatures de Boughadou, Boudina et Bernaoui

La situation prévalant au sein du Comité olympique algérien attire toujours l’attention des sportifs, en particulier des fédérations olympiques qui sont devenues attentives à tout ce qui se dit au sujet de la première instance sportive algérienne, tout en souhaitant qu’elle ouvre une nouvelle page en mettant notamment un terme aux interminables conflits opposant ses différentes factions. Lesquels conflits ont fini par ternir son image aussi bien sur le plan national qu’international. Cela se passe au moment où les enquêtes diligentées par les services compétents ayant trait à la gestion financière de cette instance sous l’ère de son désormais ex-président, Mustapha Berraf, n’ont pas livré tous leurs secrets. En attendant, les milieux sportifs olympiques semblent désormais plus intéressés par les échéances à venir du Comité Olympique, allusion faite aux prochaines élections du bureau exécutif et surtout celles de la présidence, deux échéances qui semblent intéresser plus d’un parmi les membres de l’assemblée générale. C’est le cas pour le président de la Fédération algérienne de natation Boughadou, qui faisait partie de l’ancien bureau exécutif du COA, et qui s’est distingué par sa forte opposition à la politique de Berraf ; envisagerait de succéder à ce dernier lors de la prochaine assemblée générale élective. Il faut dire que les excellents résultats enregistrés par la natation algérienne sous son règne, confortent ses chances dans la course, qui concerne également l’actuel président de l’Observatoire national des sports Mokhtar Boudina. Ce dernier, même s’il n’a pas encore tranché sur sa candidature, dit en laisser la porter ouverte : «En tant que président de l’Observatoire national des sports, je me dois donc de prêter une attention particulière à tout ce qui se passe au niveau du COA. Cela dit, je n’écarte pas aussi l’éventualité de me porter candidat pour briguer le poste du président. Pour le moment, je n’ai rien encore décidé, je préfère encore attendre pour connaitre l’évolution des choses avant de trancher», a-t-il confié. Néanmoins, certains s’empressent d’ores et déjà à minimiser les chances de Boudina dans les élections du COA, estimant que le fait de n’avoir jamais présidé une fédération sportive ne lui donne pas le droit de présenter sa candidature. L’intéressé, lui, préfère, dit-il, ne pas accorder trop d’importance à ce qui se dit concernant un probable rejet de son éventuelle candidature, assurant qu’en tant qu’ancien fondateur de la Fédération algérienne de voile il a le droit absolu de briguer un poste au sein du COA. Les spéculations vont bon train aussi au sujet de l’intention de l’ex-ministre de la jeunesse et des sports Salim Bernaoui de prendre part, lui aussi, à la course à la présidence du COA. Ex- membre du bureau exécutif de cette instance avant qu’il soit désigné ministre, Bernaoui est toujours président de la Fédération d’escrimes, et est considéré comme l’une des figures de proue du mouvement olympique algérien. L’homme table dans sa quête à la présidence du COA sur ses excellentes relations avec les présidents des Fédérations olympiques, un détail qui pourrait bien plaider en sa faveur s’il venait officiellement à se présenter aux prochaines élections, prédisent les observateurs. Mais ceux qui suivent de près les développements au sein du Comité olympique estiment que les choses deviendront plus claires sur les ambitions des uns et des autres après l’Assemblée générale ordinaire, prévue au cours de cet été, un rendez-vous qui ne laissera certainement personne dans l’indifférence en raison de toute cette obscurité qui entoure la gestion financière du COA sous l’ère de son ex-président. Tout le monde d’ailleurs est curieux de connaitre la réaction des membres de l’assemblée générale lors de la présentation des bilans moral et financier de cette instance tout au long du règne de Berraf qui suscite de plus en plus la polémique.
Hakim S.