éditions Barzakh

Éditions «Barzakh» : Trois nouvelles publications en librairies

Les éditions «Barzakh» ont annoncé lundi à Alger la sortie de trois nouveaux ouvrages, deux beaux livres et un roman traduit vers la langue française qui sont déjà disponible en librairie. «Tlemcen, ou les lieux de l’écriture» une réédition de l’ouvrage de Mohamed Dib sorti en 1993 et enrichi de photographies inédites prises par l’auteur en 1946 a été publié en coédition avec les éditions françaises «Images plurielles».

Ce beau-livre disponible en libraire représente une assise en images posée inconsciemment par Mohamed Dib à une grande partie de ses oeuvres littéraires, en plus de restituer un quotidien algérien vu par un algérien. Lors de la présentation de cet ouvrage les responsables des éditions Barzakh ont détaillé les conditions particulières de la réalisation de cet ouvrage, imprimé en Italie, et qui a nécessité le concours de plusieurs corps de métiers comme l’infographie et le traitement d’image en plus de la difficulté d’acheminer les ouvrages vers l’Algérie en période de pandémie. Autre beau-livre mis en vente cette semaine «Pouillon et l’Algérie, bâtir à hauteur d’homme», dédié à l’oeuvre de l’architecte en Algérie vue par les photographes suisses Daphné Bengoa et Leo Fabrizio accompagné de textes de la romancière algérienne Kaouther Adimi. Si l’ouvrage s’intéresse de manière purement documentaire aux bâtiments réalisés par Fernand Pouillon à Alger, Timimoun, ou encore Annaba, il propose un autre regard plus poétique sur ces ouvrages en entrant dans l’intimité des foyers. Les éditions Barzakh ont également annoncé la sortie de «Un jour idéal pour mourir» une traduction vers le Français du roman de Samir Kacimi traduit par Lotfi Nia. Le choix de l’éditeur s’est porté sur Samir Kacimi, un auteur déjà traduit vers l’Anglais, le Français et l’Italien pour «faire connaître la littérature algérienne contemporaine écrite en langue arabe» à un lectorat francophone algérien et étranger. Fondées en 2000 par Selma Hellal et Sofiane Hadjadj, les éditions Barzakh devaient fêter leur vingtième anniversaire avec un programme exceptionnel de publications et de rééditions.
La pandémie de coronavirus qui a paralysé le secteur du livre oblige l’éditeur à reporter son programme à 2021 tout «en essayant de résister à la situation particulière» que connait le créneau du livre.