Déclaration de vacance du poste de président de l’Assemblée : Le groupe parlementaire du MSP dénonce « une procédure anticonstitutionnelle et illégale »

Ahmed Sadouk, président du groupe parlementaire du MSP, a dénoncé dans un communiqué jeudi dernier, la déclaration du bureau de l’APN quant à la vacance du poste de son président, qui est empêché toujours de franchir le perron de l’hémicycle et d’accéder à son bureau. La Commission des affaires juridiques, administratives et des libertés a entériné, 24 heures seulement, après le texte de la décision pour motif d’«incapacité de continuer à gérer les affaires de l’APN». «La décision du bureau de l’Assemblée de déclarer la vacance du poste de président de l’APN est une procédure anticonstitutionnelle et illégale et même contraire au règlement intérieur», proteste Sadouk. La décision prise par les groupes de la majorité, mais en l’absence de l’opposition dont le Mouvement de la société pour la paix, constitue «un abus de pouvoir et un piétinement des lois de la République. Cela réduit au néant toutes les réformes politiques et la stabilité des institutions dont s’en est réjoui longtemps la majorité», poursuivant : «cela risque d’ouvrir les portes grandes ouvertes aux graves dépassements dont aucune institution ne serait épargnée dans l’avenir». Pour le MSP, «les deux parties protagonistes dans ce conflit portent ensemble l’entière responsabilité de cette impasse historique dans l’APN». «Nous dénonçons également les agissements irresponsables avec qui on est arrivé, même à utiliser des cadenas et de chaînes métalliques pour fermer l’APN et chasser les fonctionnaires de l’intérieur et aussi des agressions sur des journalistes. Ce qui touche gravement à ce qui reste de crédibilité à l’institution législative». Paradoxalement, le parti de Abderrazak Makri a annoncé, le même jour, qu’il ne boycottera pas la plénière consacrée à l’examen du texte de loi de finances, que présidera le nouveau président qui sera élu ce lundi. Le président du parti a même rencontré ses députés au siège du MSP pour débattre d’éventuels amendements sur la LF 2019.
Hamid Mecheri